publicité

Un conseil municipal agité à Matoury

Le conseil municipal a été agité le soir du 15 novembre à Matoury. Il s'agissait de délibérer sur un point inscrit à l’ordre du jour concernant le règlement de la dette envers la SEMSAMAR. La mairie doit plus de huit millions d’euros contractés en 2005 pour quatre opérations immobilières.

© FL
© FL
  • guyane 1ère
  • Publié le , mis à jour le

L'origine de la dette de la municipalité


La commune de Matoury doit exactement au bailleur social, la SEMSAMAR  (Société d'économie mixte de Saint-Martin) la somme de  8.141.473,43 euros. Elle avait confié à l'opérateur immobilier, la réalisation de 4 opérations d’aménagement dont la RHI (Résorption de l’Habitat Insalubre) de Cagneau-Lamirande, de la Cotonnière et de Balata en 2005, puis en 2009, la ZAC de Copaya.  

Une proposition d'échéancier rejetée

                                                                                                                                                                                                        Même si tous les élus sont unanimes sur le fait qu’il faille payer les 8 millions à la SEMSAMAR, ils n'acceptent pas les propositions d'échéancier du créancier. 
Car dans la délibération que devaient adopter les élus hier soir, il leur était demandé d’engager la commune de Matoury à céder du foncier libre à la SEMSAMAR, sinon en cas de non respect d’une seule des échéances, le bailleur social peut, sans mise en demeure, demander la totalité des sommes dues. Par ailleurs, la transaction ne peut-être attaquée ni pour cause d’erreur de droit, ni pour cause de lésion.

Quid du règlement de la somme exigée?


Aujourd’hui la Mairie de Matoury est financièrement en capacité de payer. Et c’est le cas, puisque depuis le mois de juin de cette année la collectivité verse entre 400 et 500 000 euros par mois à la SEMSAMAR.
Donc le règlement de la dette ne pose pas de problème. Les élus s'inquiètent davantage des clauses exécutives en cas de non paiement.

L’opposition a estimé impossible de voter pour cette délibération en l’absence d’un échéancier. Après de longs et parfois houleux échanges entre élus, le maire, Serge Smock, a finalement demandé le report de cette décision qui sera abordée à une prochaine réunion du Conseil Municipal.
                                                                                                                                                                                                              Le reportage de Guyane 1ère                                                                                                                                                            
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Sur le même thème

  • politique

    Législative partielle : Kourou la ville spatiale s'organise

    Les équipes de campagne des huit candidats de cette élection législative partielle sillonnent  la seconde circonscription pour convaincre les électeurs. L’abstention a été très importante en juin 2017. A Kourou ce sont 10039 inscrits qui sont appelés aux urnes.

  • politique

    Législative partielle : portraits de candidats (3)

    Derniers portraits des candidats à la législative partielle des 4 et 11 mars. Ils sont huit à briguer le siège de député de la deuxième circonscription. Seuls trois d’entre eux s’étaient déjà présentés en juin dernier. Les autres se sont faits connaître durant la campagne.

  • politique

    Législative partielle : mode d'emploi

    Jour J moins 4 avant le premier tour de la Législative partielle. Les électeurs de la seconde circonscription doivent élire leur député. Ils sont 39422 au 28 février 2018 à s’être inscrits sur les listes électorales. 14 communes sur 22 en Guyane, sont concernées.

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play