Constituer un parc de 30 000 logements en Guyane d’ici 2030

logement
Visite d'un chantier à Matoury
Visite d'un chantier à Matoury ©Guyane la 1ère
Se loger constitue un vrai problème en Guyane. Il faudrait en moyenne la construction d'au moins 4500 logements par an pendant 10 ans. Pour répondre à la demande les bailleurs Siguy et Simko se sont engagés à construire 1300 logements par an. Plusieurs chantiers sont en cours comme à Matoury où s’est rendue Anne-Sophie Grave, la présidente du directoire de la caisse des dépôts et consignation habitat de passage en Guyane.

CDC Habitat est une filiale de la caisse des dépôts qui occupe le rôle d’opérateur global d’intérêt public. Au sein de la Simko et la Siguy, CDC Habitat l’un de leurs principaux partenaires va participer à leur effort financier pour construire plus et de manière diverses. Et l’objectif est d’arriver à constituer un parc immobilier de 30 000 logements d'ici 2030. Anne-Sophie Grave est la présidente du directoire de CDC Habitat selon elle, les délais d'instruction des projets doivent être impérativement raccourcis : 

Nous avons un très grand partenariat avec l'établissement public foncier de Guyane qui travaillent sur des OIN mais le temps de l'aménagement est long... Il faut voir voir avec l'état comment raccourci ces délais... l'enjeu est de gagner 2 ans dans les procédures pour un résultats gagnants gagnants...

L’an dernier, en 2021, 826 logements sociaux, et très sociaux, ont été livrés : essentiellement dans les trois principales agglomérations de Guyane par la Simko et la Siguy. Toujours l’an dernier, 1141 logements ont été mis en chantier.

Ce qui fait qu’actuellement, le parc total des deux sociétés s’élève à 17217 logements. Environ 50 000 Guyanais y sont ainsi logés, c’est à peu près 17% de la population.

Atteindre 30 000 logements d’ici 2030

Pour atteindre de nombre de 30 000 logements, l’effort est poursuivi pour consolider la Simko et relancer la Siguy, car il faut doubler le patrimoine immobilier. Le CDC habitat va fournir un important effort financier de  2,5 milliards d’euros d’ici 2030. Pour y parvenir, 1300 logements devront sortir de terre tous les ans.

Les deux opérateurs sont également impliqués dans d’importantes opérations publiques : le lycée polyvalent de Macouria, la réhabilitation du stade Bois-Chaudat de Kourou, la maison de service au public d’Iracoubo et le groupe scolaire du Hameau du collège à Montsinéry-Tonnégrande.