Coronavirus : la crise sanitaire à Saint-Georges au centre du point épidémiologique de l'ARS et Santé publique France

coronavirus
Coronavirus test positif
©geralt
Le point épidémiologique publié par l’ARS et Santé publique France est cette semaine consacré en partie à la crise sanitaire à Saint-Georges. 57 cas en quelques jours dans cette commune frontalière avec le Brésil.
Le point épidémiologique publié par l’ARS et Santé publique France est cette semaine consacré en partie à la crise sanitaire à Saint-Georges. 57 cas en quelques jours dans cette commune frontalière avec le Brésil. Cette étude hebdomadaire permet de mieux comprendre l'évolution de l'épidémie de Covid-19 sur le territoire. 
 

A Saint-Georges, comprendre
l'origine des cas...

Le confinement a été levé en Guyane le 11 mai, à l’exception de la commune de Saint-Georges. Depuis le 17 mars, 54 cas ont été détectés dont 6 importés. Les premières investigations ont permis d’identifier un cluster familial élargi auquel 27 cas ont pu être rattachés. L’enquête se poursuit pour les autres malades, mais un début de circulation communautaire pourrait être relevé. Un risque de réintroduction fréquente du virus depuis le Brésil est certain. Trois quartiers de la commune sont ciblés. Quatre habitants de Saint-Georges ont accepté de s’isoler dans un centre dédié. Neuf personnes sont hospitalisées mais aucune en réanimation.


Un nouveau cluster à Matoury...

Depuis le début de l'épidémie, sur le territoire 164 cas de Covid-19 ont été confirmés et 18 clusters détectés. Actuellement deux clusters sont en cours : Saint Georges et Matoury où un cluster familial vient d’apparaître avec trois cas. 2854 prélèvements ont été analysés depuis fin février. Le taux de positivité est de 8%. Actuellement 11 personnes sont en suivi médical à l'hôpital. Depuis le début de l’épidémie, 48 patients ont été hospitalisées, dont 3 en réanimation. Parmi eux : une personne décédée.
Enfin, à Grand Santi, la période de confinement est terminée. 25 cas avaient été enregistrés par les autorités sanitaires. Les actions de surveillance sont néanmoins maintenues.