Coronavirus : des personnes sans domicile confinées dans des hébergements d’urgence

coronavirus
Solidarité : La Croix Rouge compte sur la solidarité des guyanais
©G. Ho a Sim
Depuis quelques jours les personnes les plus démunies, qui vivent dans la rue ont la possibilité de dormir sous un toit. Suite aux mesures sanitaires de confinement, l'Etat a financé quatre sites à Cayenne et à Rémire-Montjoly pour accueillir les personnes sans domicile. 
Depuis quelques jours les personnes les plus démunies et qui vivent dans la rue ont la possibilité de dormir sous un toit. Suite aux mesures sanitaires de confinement l'Etat a financé quatre sites à Cayenne et à Rémire-Montjoly pour accueillir les personnes sans domicile.
 

Un hébergement d'urgence

C’est dans une ancienne fabrique de Rémire-Montjoly, que plusieurs dizaines de lits ont été installés pour héberger les personnes sans domicile. Dans l’attente d’un hébergement définitif comme pour Basaam arrivé de Syrie il y a quelques mois.

"On a été sauvé de la pluie et de la rue. On est très content, on remercie le gouvernement, la Croix-Rouge et même vous pour nous laisser témoigner."

 

Quatre sites financés

Ces hébergements d’urgence ont été mis à disposition avec l’appui du gouvernement afin de protéger ces populations de la pandémie du coronavirus.
Claire Durieux sous-préfet en charge de la cohésion sociale explique :

"Nous avons d'abord évalué les besoins puis identifié les solutions. Quatre sites ont été financés et ouverts par l'Etat". 


Une aide précieuse

C’est grâce au soutien de plusieurs associations, véritable bras armé du gouvernement que plusieurs familles ont pu trouver un refuge. 
Benoit Renollet directeur de la Croix-Rouge Guyane précise :

"Cela reste de l'hébergement d'urgence. Nous respectons les mesures liées au Covid-19"

Ce sont plus d’une centaine de personnes qui ont été relogées. Une convention doit être signée entre l'Etat, la Collectivité territoriale et la Croix-Rouge afin de mettre en place des solutions pérennes de logement pour les personnes les plus démunies.