Coronavirus : l'inquiétude face au risque de détresse psychologique

société
Cayenne

L’association des psychologues de Guyane dresse le bilan de l’action qu’elle a mené mi-avril à fin décembre l’an dernier en plein début de l’épidémie, pendant et donc après le confinement.

L’association des psychologues de Guyane dresse le bilan de l’action qu’elle a mené mi-avril à fin décembre l’an dernier en plein début de l’épidémie, pendant et donc après le confinement. L’objectif pour une trentaine des psychologues bénévoles du département était d’offrir pendant cette période particulière et inédite une écoute avertie à la population. Une première qui a bien fonctionné de l’avis de ces professionnels qui ont reçu sur la période 300 appels d’anonymes avec une proportion de 46 femmes pour 16 hommes, des sujets majoritairement âgés entre 40 et 59 ans. Chez les psychologues, ils étaient 28 femmes et 2 hommes

Pharmacie

Vu d’ici, le vécu de la crise sanitaire du à l’apparition soudaine et brutale de la covid-19 serait moins pénible, moins pénible au soleil oserait-on ? Pas si sûr. Confinement, couvre-feu, mesures barrières, isolement ont en effet induit la peur du virus et conduit dans un premier temps à une détresse confiée aux acteurs en première ligne parmi lesquels les pharmaciens.

L’un des corollaires de cette épidémie, c’est dans les couples, il y a eu beaucoup de difficultés. Le fait de rester à la maison, cela a fait ressurgir des problèmes qui étaient ressassés avant. Nous avons accueilli dans les pharmacies des femmes et nous les avons dirigées vers les services appropriés.

Samuel Pefoura, pharmacien

 

Une résignation de façade

Psychologue

Au début de la crise, l’avalanche des chiffres dans les médias et la communication sur le virus ont causé la panique puis colère et agressivité. Presqu’un an plus tard, le recul laisse place à quelque chose de différent qui participe toujours du mal être. Ainsi, des études conduites en Guadeloupe et d’autres au national dressent-elles des constats d’ores et déjà inquiétants.

Il ‘y a plus de stimulation extérieure : je sortais avec mes amis j’allais à la plage. Il y a une impression d’ennui et cette sensation entraîne un aspect blasé des gens, j’ai du mal à me projeter. On finit par couper les émotions car elles nous envahissent trop. Cette crise qui nous a mis à distance des autres, a fait qu’on a utilisé des moyens de communication autres. Malheureusement on peut s’inquiéter des effets à long terme de l’exposition des écrans.

Frédérique Groene, psychologue clinicienne

 

Les épidémies qui ont affecté la planète nous ont laissé des enseignements alors comment faire face ? Conseil de psy : continuer à penser et à se projeter pour conserver notre pulsion de vie et surtout inclure dans nos projets le paramètre selon lequel ce ne sera plus pareil.

Le reportage de Clotilde Séraphins George :

Les mesures de restrictions, source de détresse psychologique.