Coronavirus : la Guyane au stade 2 de l’épidémie : qu’est ce que ça change ?

coronavirus
5 cas de coronavirus à Saint-Laurent du Maroni
©DR
Depuis le 4 avril, la Guyane est passée au stade 2 de l’épidémie. Cela veut dire que le virus est présumé circuler sur le territoire, au-delà des cas importés venus de l’hexagone ou des Antilles. Les mesures de protection de la population montent donc d’un cran.
Depuis le 4 avril, la Guyane est passée au stade 2 de l’épidémie de Coronavirus. Cela veut dire que le virus est présumé circuler sur le territoire, au-delà des cas importés venus de l’hexagone ou des Antilles. Les mesures de protection de la population montent donc d’un cran.
 
  • Pourquoi passer au stade 2 ?

Car le virus est présumé ou repéré comme circulant sur le territoire, dans des zones au début limitées. Les derniers cas déclarés attestent de cette circulation du covid-19, l’origine de la contamination de certains d’entre eux n’étant pas évidente, selon l’Agence Régionale de Santé (ARS). Autrement dit, certains de ces patients pourraient être des cas autochtones, au-delà des cas secondaires contaminés par des cas importés de l’hexagone ou des Antilles.

  • Qu’est ce que ça change ?

La préfecture annonce le renforcement du confinement. Dans les faits, pour la population dans son ensemble, pas de changement : il s’agit juste de la prolongation du régime actuel, avec le maintien des restrictions de circulation et du couvre-feu. Les autorités annoncent le maintien des contrôles sur la voie publique. Depuis la mi-mars, 56 mille personnes ont été contrôlées, et 2100 verbalisées. Après la pédagogie des premiers jours, les contrôles devraient être plus répressifs.
 
  • Accueil médicalisé pour les personnes arrivant à l’aéroport

Deux nouveautés pour les passagers arrivant à l’aéroport Félix Eboué : l’interdiction de voyager dans l’intérieur dans les 14 jours suivant un retour en Guyane, et un accueil médicalisé. « Nous mettons des médecins, qui mèneront un interrogatoire épidémiologique », explique le préfet de Guyane. « Il débouchera sur un test de dépistage du Covid-19 avec un prélèvement à l’aéroport, si la personne a des symptômes ou est vraiment à risque suite à des contacts avec un patient Covid », précise Marc Del Grande.
 
  • Un lieu d’accueil pour les cas confirmés ne pouvant pas se mettre en quatorzaine chez eux

« Il s’agit d’ouvrir une structure pour accueillir les patients covid-19 dont les conditions de vie à leur domicile ou leur lieu de vie ne leur permet pas un confinement sans danger ou sans risque de contamination pour leurs proches », indique le préfet.

 

  • Masques : favoriser la production locale

Changement de discours sur ce point des pouvoirs publics, qui veulent favoriser la production locale de masques, blouses et charlottes en tissu, et de visières en plexiglas. « Il est stratégique pour la Guyane que les masques en papier soient réservés aux soignants », argumente Marc Del grande, « et pour les équipes de seconde ligne, les masques en plexiglas peuvent être très utiles. Pour le reste des équipes de seconde ligne et pour la population, les masques en tissu avec une norme Afnor sont la bonne solution », conclue t-il.
  • Personnes en quatorzaine : possibilité de contrôles à domicile

Enfin, les contrôles seront plus stricts pour les personnes placées en quatorzaine, avec un rappel téléphonique par la préfecture, et des contrôles à domicile des forces de l’ordre. La Gendarmerie (compétente sur toute la Guyane sauf Cayenne, qui est en zone Police) a une liste à contrôler de près de 70 personnes en quatorzaine.
Le reportage de Laurent Marot et Marie Berthome : 
La Guyane passe au stade 2 de l'épidémie de coronavirus.
​​​​​​​