Coronavirus : Le Surinam face au Covid-19.

coronavirus
Retrait de marchandise au Surinam
Des précautions pour récupérer sa marchandise auprès des commerçants ©DR
Le Surinam pays frontalier avec la Guyane enregistre à ce jour 565 cas suspects, 10 personnes testées positives au Covid-19 et un décès survenu le 3 Avril. Ce patient traité en soins intensif à l'hôpital de Paramaribo, avait été infecté par sa femme déclarée positive au coronavirus le 13 Mars.
 

Le Surinam et ses frontières fermées

Dès l'annonce de ce premier cas, une femme revenant des Pays Bas, le gouvernement a pris des mesures annonçant la fermeture à partir du 15 Mars de toutes ses frontières aériennes, terrestres et fluviales.
Les écoles ont aussi fermé sur l'ensemble du territoire tout comme les casinos très nombreux dans la capitale mais les administrations restent ouvertes ainsi que les magasins.
Les commerçants ont d'eux-mêmes pris des mesures de précaution : lavage systématique des mains à l'entrée des commerces et distance de deux mètres entre les usagers.
Le témoignage de Duane Druiventak, un jeune habitant de Paramaribo :

... le gouvernement a invité la population à rester chez elle  sauf les gens qui sont obligés de travailler. Une grande partie des entreprises et des magasins sont fermés et dans  les commerçants chinois, tu ne rentres plus, tu dois rester devant la grille qui est recouverte de plastique et tu passes ta commande...

 


Les moyens sanitaires du Surinam

Au dernier bilan communiqué par les autorités du Surinam, 565 cas suspects ont donc été mis en confinement à leur domicile durant 14 jours et 106 personnes de retour de voyage ont été logées et confinées dans un même lieu. L'ambassadeur de France au Surinam a fait partie de ce groupe en confinement. Antoine Joly a séjourné durant quatre jours dans ce lieu situé dans une banlieue lointaine de Paramaribo avant d'être rapatrié en Guyane. Il est aujourd’hui guéri et relate la situation au Surinam.

... Au départ les conditions sanitaires de prise en charge des malades ont été un peu tâtonnantes. Les malades ont été isolés dans un hôpital fraîchement construit mais en réalité pas encore ouvert et assez éloigné du centre, ce qui faisait qu'on pouvait s'interroger car il n'y avait pas d'unité de réanimation à proximité. Depuis, ils ont réussi à ouvrir partiellement l'hôpital et à offrir de meilleures conditions de sécurité...

 


Le Surinam ouvre des lits et des lieux de confinement

Les premiers patients atteints du Covid 19 ont été soignés à l'hôpital Saint Vincentus et Lands hospitaal. Un autre centre de soins a été mis en place dans l'urgence dans le nouvel hôpital de Wanica qui n'était pas encore totalement opérationnel au début de la crise.
Désormais dédié entièrement  à la prise en charge des malades du coronavirus, cet hôpital universitaire dispose actuellement de 36 places en réanimation qui pourraient être rapidement étendues à 48 places. Car le gouvernement du Surinam se prépare à une vague de malades. Le ministre de la santé au Surinam, Antoine Elias a annoncé qu’un plan B était aussi activé avec des installations qui peuvent être mises en place pour accueillir 180 personnes infectées .
Une équipe médicale de 50 personnes composée de médecins et d'infirmiers est arrivée en renfort depuis Cuba.
Mais cela suffira t-il pour gérer la crise sanitaire ?
48 lits de réanimation pour une population de 600 000 personnes dont 250 000 uniquement à Paramaribo, le Surinam ne semble pas encore aujourd’hui en mesure de lutter contre une épidémie de Covid 19.


Cuba et la Chine en renfort

Une réunion s est tenue le 3 Avril avec des membres de l'OMS, Organisation mondiale de la santé, des Nations Unies, de l’UNESCO et de différentes ambassades présentes au Surinam pour mettre en place des mesures sanitaires. L'ambassade de Chine au Surinam annonce l'arrivée de matériel médical et Cuba envoie des équipes de soignants.
Réunion Covid-19 au Surinam
Réunion Covid-19 au Surinam ©DR
 

Un couvre feu sous haute surveillance

Un couvre-feu a été décrété de 20 h à 6 h du matin et les forces de l'ordre veillent au respect du couvre feu. Quitte à employer des techniques radicales pour punir les habitants qui se risquent à enfreindre le confinement.
Dans une vidéo prise au Sud de Paramaribo dans le quartier défavorisé de Ramgoelam, on aperçoit des hommes à terre rampant sur leurs coudes et un policier leur intimant d'aller plus vite. Tous les contrevenants sont incarcérés.
La police organise aussi actuellement des contrôles dans tous les quartiers pauvres de Paramaribo avec des moyens très importants.

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live