Covid-19 : l'Institut Pasteur fait le point sur les intentions vaccinales en Guyane

coronavirus
Illustration  vaccination
©v-3-5N-a- Pixabay

La couverture vaccinale serait à peine de 4,3 % selon Santé Publique France. Un niveau trop faible pour faire reculer l’épidémie. Et pourtant une enquête de l’Institut Pasteur menée entre le 29 avril et le 9 mai, indique que 49,3 % des Guyanais sont désormais prêts à se faire vacciner.

La couverture vaccinale serait à peine de 4,3 % sur le territoire selon les derniers chiffres de Santé Publique France. Un niveau trop faible pour faire reculer l’épidémie. Et pourtant une enquête de l’Institut Pasteur menée entre le 29 avril et le 9 mai, indique que 49,3 % des Guyanais sont désormais prêts à se faire vacciner.

Une enquête pour comprendre

La déclaration de Clara De Bort directrice de l’ARS (agence régionale de santé) indiquant que les commandes de vaccin Pfizer allaient s’arrêter faute de prétendants à la vaccination ont défrayé la chronique. Il est vrai, que malgré les campagnes, les chiffres ne décollent pas. Avec 30 000 personnes fin avril -voir chiffres actualisés ici ►

ayant reçu au moins une dose, un tiers des personnes souhaitant se faire vacciner l’ont déjà fait. Pour mieux comprendre les raisons de ce manque de motivation, l’institut Pasteur a annoncé les résultats d’une enquête d’intention vaccinale menée entre le 26 avril et le 9 mai. Au total, 1 295 personnes ont répondu. Une précédente enquête avait eu lieu en mars dernier, ce qui permet aujourd’hui d’avoir des éléments de comparaison.  

Les enseignements en 6 points :

 

  • Les personnes qui veulent se faire vacciner ont entre 55-64 ans. L’intention vaccinale baisse à mesure que l’on s’éloigne de cette tranche d’âge. La baisse la plus notable en matière d’intention vaccinale est enregistrée chez les retraités.

 

  • Près d’un Guyanais sur 2 est favorable à la vaccination contre le Covid-19. (49,3% [42,1%-56,0%] vs 45,5% [37,1%-54,1%] au cours du mois de mars). En clair, ils sont 33,3 % à penser se faire vacciner un jour ou l’ont déjà fait.

 

  • Les réfractaires au vaccin sont 21,7 % sur les personnes interrogées. Ils sont 29% à être certains de ne pas le faire. Ils craignent l’inefficacité du vaccin (77,3%) et ont également peur des effets secondaires (53%). Près de la moitié des personnes (46,3 %), (en mars elles étaient 65,4%), déclarent que rien ne pourrait les faire changer d’avis. Les personnes voulant se faire vacciner, veulent d’abord se protéger elles-mêmes (73,5 %) et protéger leurs proches (68, 1%).

 

  • En général, les femmes sont moins favorables à la vaccination (59, 7 % contre 66,7% chez les hommes) Au niveau géographique, plus de la moitié des habitants de l’Île-de-Cayenne (56,4%) sont prêts à se faire vacciner, contre 45% pour les autres communes du littoral, 40,2% pour ceux du Maroni et 75,6% de l’Oyapock.

 

  • Les personnes nées à l’étranger ou en dehors de la Guyane sont deux fois plus favorables à la vaccination que celles qui sont nées en Guyane (62,1% vs 31,8%).

 

  • Enfin la confiance envers les autorités locales pour la gestion de la crise a diminué au cours des deux derniers mois (39,1%) en mai, contre 31,5 % en mars).