Daniela Krebber, doctorante de l’Université de Guyane, finaliste nationale du concours Ma Thèse en 180 secondes

éducation
Daniela Krebber, doctorante de l’Université de Guyane, lors de la demi-finale du concours Ma Thèse en 180 secondes. ©France Universités et Centre National de la Recherche Scientifique / Page Facebook Ma thèse en 180 secondes - France
Ce 8 avril 2022, Daniela Krebber a été sélectionnée pour la finale du concours Ma Thèse en 180 secondes. Doctorante à l'Université de Guyane, elle affrontera 15 autres finalistes. Pour une troisième fois, elle présentera son sujet "Comment la biodiversité influence-t-elle la réponse des forêts tropicales au changement climatique ?" en trois minutes.

Elle est l’une des 16 finalistes. Daniela Krebber, doctorante à l’Université de Guyane, participera à la finale nationale du concours Ma Thèse en 180 secondes, qui se tiendra le 31 mai 2022, à la Bourse du travail de Lyon, dans l’Hexagone. Elle a été sélectionnée parmi 58 demi-finalistes après avoir remporté la compétition régionale le 18 mars dernier.

J'étais très surprise ! Je n'y croyais pas, je suis fière. D'abord parce que le français n'est pas ma langue maternelle, mais surtout très honorée de représenter la Guyane a la finale. C'est d'ailleurs la 2e fois que la Guyane arrive en finale. Elle est une référence internationale en terme de recherche. Je tiens aussi à féliciter la magnifique prestation de ma collègue Agathe Alaïs. Je suis vraiment très contente que les Outre-mer soient représentés par deux régions cette année (la Guyane et la Réunion). Ils sont souvent oubliés, alors qu'on a aussi des universités de haute qualités, "cutting edge science" et beaucoup à donner. Cela s'est prouvé par l'excellence des prestations de leurs candidat(e)s. Je vais faire de mon mieux pour la finale. J'ai de superbes coachs.

Daniela Krebber, finaliste du concours Ma Thèse en 180 secondes

Spécialiste de l’écologie des forêts de Guyane

Daniela Krebber avait reçu le premier prix, en Guyane, en présentant son sujet en trois minutes, à savoir : Comment la biodiversité influence-t-elle la réponse des forêts tropicales au changement climatique ? La doctorante appartient à deux unités mixtes de recherche : l’Écologie des Forêts de Guyane (étudiée à l’Université de Guyane, l’AgroParisTech, l’INRAE, le Cirad, CNRS et l’Université des Antilles), ainsi que la botanique et la modélisation de l'architecture des plantes et des végétations (CIRAD, CNRS, INRAE, IRD, Université de Montpellier).

Un jury aux compétences diversifiées

Lors de la demi-finale, qui s’est déroulée le 8 avril dernier, elle a présenté son sujet à un jury composé des personnalités suivantes : Antonio Gomes da Costa, directeur de la médiation scientifique et de l’éducation à Universcience ; Tâm Mignot, chercheur au CNRS en biologie cellulaire, directeur du Laboratoire de chimie bactérienne (Aix-Marseille Université / CNRS) ; Benoit Tonson, journaliste, chef de rubrique Science à The Conversation France ; et Denise Virieux, comédienne et professeure d’art oratoire à l’École d’art oratoire.