guyane
info locale

Début de négociations apaisées avec la mission d’expertise à l'hôpital de Cayenne

social
Les grévistes ont bloqué l'entrée de l'hôpital de Cayenne, mercredi 26 avril.
Les grévistes ont bloqué l'entrée de l'hôpital de Cayenne, mercredi 26 avril.
Les négociations avec la mission d’expertise ont commencé dans "un climat apaisé" ce mercredi 7 juin à l’hôpital de Cayenne. Elles doivent mettre fin à plus de deux mois de grève au CHAR.
Les négociations ont commencé dans un "climat apaisé", ce mercredi 7 juin à 9 heures au Centre hospitalier Andrée Rosemond (CHAR) de Cayenne. Après plus de deux mois de grève, les discussions sont entamées avec la "mission d'expertise en ressources humaines" envoyée par le gouvernement.
 

Sérénité

A la tête de la grève, l’UTG Santé du CHAR constate une "sérénité dans les discussions". "Il y a une vraie écoute, nous avons l’impression d’être face à des interlocuteurs qui ont compris nos revendications", constate Patricia Saïd, secrétaire générale adjointe de l’UTG Santé du CHAR.
 
Membre de la mission d’expertise, Pierre Lesteven confirme lui aussi une "volonté, des deux côtés, que les choses avancent".
 

Négociations

Les négociations se déroulent dans la salle de réunion du conseil de surveillance du CHAR. La direction de l’hôpital, celle de l’Agence Régionale de Santé (ARS) et les syndicats sont autour de la table. En préambule, le sénateur Antoine Karam et le député Gabriel Serville ont pris la parole. Suspendues avant midi, les négociations reprendront à 14h30.
 
Hier déjà, un premier contact avait été établi entre les grévistes du CHAR et Dominique Noiré qui s’est rendu sur le piquet de grève.
 

Revendications

Dirigée par Pierre Lesteven, ancien administrateur provisoire de l’hôpital et par Dominique Noiré, haut-fonctionnaire qui a fait l’essentiel de sa carrière au sein de l’Assistance Publique des Hopitaux de Paris (APHP), cette mission doit mettre fin à plus de deux mois de conflit au CHAR.  
 
Le personnel de l’hôpital réclame plus de moyens humains et matériels. Il demande 200 postes supplémentaires, la direction en propose trente-six. 
Publicité