Demandes d'asile : Rodolphe Alexandre, les parlementaires Lénaïck Adam et Georges Patient rencontrent le préfet et écrivent à Emmanuel Macron

immigration
Réunion de crise migratoire
©CTG

Réunion de crise à la préfecture de Guyane, Rodolphe Alexandre, et les parlementaires Lénaïck Adam et Georges Patient ont rencontré Thierry Queffelec, pour faire le point sur l’arrivée en Guyane de centaines de ressortissants haïtiens venus du Suriname. Les élus ont écrit à Emmanuel Macron. 

Réunion de crise ce matin à la préfecture de Guyane, Rodolphe Alexandre, et les parlementaires Lénaïck Adam et Georges Patient ont rencontré Thierry Queffelec, le préfet pour faire le point sur l’arrivée en Guyane de centaines de ressortissants haïtiens venus du Suriname. Les élus ont écrit une lettre commune, adressée au plus haut sommet de l'Etat : le Président de la République. 

Confirmation officielle

Réunion de crise migratoire
©CTG

La crise migratoire au centre des débats à la préfecture, Rodolphe Alexandre le président de la collectivité territoriale de Guyane, le député Lénaïck Adam et le sénateur Georges Patient rencontraient le préfet de région Thierry Queffelec. Il s’agissait d'avoir la confirmation officielle de l’arrivée en Guyane, illégalement, de centaines de ressortissants haïtiens. Des réfugiés venus en Guyane via le Surinam, transportés par des charters. Ce qui n’était à la base qu’une rumeur, est aujourd’hui une réalité.

Droit d'asile

Ils sont plus d’une centaine à avoir obtenu les laissez-passer nécessaires pour franchir le poste de contrôle d’Iracoubo. Le but est de se rendre à Cayenne, effectuer une demande officielle du droit d’asile. En deux semaines, 143 ressortissants ont demandé un laissez-passer. Ils sont près de 600 dont des dizaines d'enfants à avoir quitté Haïti, pour le Suriname par charters touristiques. Une crise migratoire qui frappe par son ampleur et sa soudaineté. Les élus de Guyane s’interrogent. 

Nous avons fait part au Préfet de notre mécontentement notamment concernant les arrivées récentes de demandeurs d'asile parvenus clandestinement sur notre territoire. La situation est intolérable. On ne peut pas faire de la Guyane le centre de la misère du monde. Ces arrivées sont le fruit d'une corruption manifeste et de trafics de personnes organisés aux plus niveaux ! Par ailleurs, il est d’autant plus révoltant de constater les dispositions prises en ce moment à l'encontre de nos compatriotes qui voyagent de la Guyane vers l’Hexagone lorsqu’en parallèle ces nouveaux arrivants obtiennent des laissez-passer aussi aisément et sans test PCR de moins de 36h ! 

Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité Territoriale de Guyane

 

Les élus ont écrit une lettre commune au Président de la République Emmanuel Macron. A lire ici : ►

Courrier élus à Emmanuel Macron

Ils souhaitent que l’ambassadeur d’Haïti en France soit reçu. D'autres actions diplomatiques seront entreprises. Le prefet, dans un communiqué " rappelle les principes de base du droit d’asile et réaffirme la lutte permanente engagée par les services de l’État en Guyane contre l’immigration clandestine, ses abus et ses dérives(...)
Dans ce contexte une démarche diplomatique a été immédiatement avancée, entraînant une mesure forte avec
le gel des vols entre Haïti et le Suriname depuis le 18 avril 2021.
" C’était la première réunion officielle sur le sujet, il y en aura d’autres.