publicité

Démission de Nicolas Hulot : les réactions se succèdent

La démission de Nicolas Hulot a suscité de nombreuses réactions. En Guyane, il était très attendu sur des dossiers tels les projets Montagne d'or ou pétrolier de la société Total. L'ancien ministre ne cachait pas ses hésitations. 

© DR
© DR
  • Marie Claude Thebia/ Laurent Marot
  • Publié le , mis à jour le
Le ministre de la transition écologique et solidaire était attentif à plusieurs dossiers concernant la Guyane, du pétrole à la mine en passant par l’énergie.
 

Les réalités politiques

Hélène Sirder la première vice-présidente de la Collectivité Territoriale de Guyane, déléguée au développement durable aux mines et à l’énergie considère qu’il s’est confronté à certaines réalités politiques.Selon elle "la démission du ministre était attendue. Lors de sa nomination, il a dit qu’il se donnait un an. Ce parcours a été ponctué par un certain nombre d’annonce de vraies-fausses démissions."

"Nous sommes confrontés à une démission rapide. Le parcours politique est un parcours long. Je ne pense pas qu’en un an, il est possible de faire beaucoup de choses même en étant ministre de la transition écologique. La Guyane, est un pays en voie de développement, dans un pays industrialisé. Dans ce court parcours politique Nicolas Hulot a été confronté à des dossiers majeurs dans notre pays. Il n’aura pas été jusqu’au bout".


Retrouvez l'intégralité de son interview : 

Hélène Sirder

 


Payer le prix 

© DR
Autre réaction, Michel Dubouillé, secrétaire régional de Guyane Écologie, estime que bien que compréhensible sa démission reste une perte.

"Je dirais que cette démission était attendue. Quand vous êtes là comme faire-valoir, il est difficile d’avancer, de faire de la transition écologique une réalité. Je suis inquiète que le geste fort de Nicolas Hulot ne soit pas pris à sa juste valeur. Il avoue qu’il est impuissant. Nous sommes aujourd'hui dans une problématique où le climat et la biodiversité sont les deux éléments majeurs de nos modes de vie de demain. C’est un échec pour Monsieur Macron et le gouvernement. Nicolas Hulot en paie le prix et la planète aussi."

Retrouvez l'intégralité de son interwiew :

Michel Dubouille

Les chasseurs de Guyane ne regrettent pas le départ du ministre. Une délégation du collectif a rencontré Nicolas Hulot à Paris cette année. Mais au final, pas d’avancées sur la mise en place d’une carte de chasse définie localement.
Patrick Cosset porte parole du collectif des chasseurs Guyane plaide pour la nomination d’un guyanais à la place de Nicolas Hulot, au ministère de la transition écologique et solidaire, pour que les réalités locales soient mieux prises en compte.
Le reportage de Guyane la 1ère :
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play