Deux mules décédées après l'ingestion de boulettes de cocaïne

trafic de drogue
ovules de drogue
©Guyane la 1ere
Depuis le début de l’année, deux mules sont décédées et une autre a frôlé la mort. En cause, des ovules de cocaïne qui ont éclaté ou se sont fissurées dans l’estomac ou les intestins de ces passeurs de drogue. Les mules prennent un gros risque en ingérant ces ovules.

Soirée du 8 avril, un homme s’écroule rue Malouet à Cayenne. Un espagnol de 38 ans d’origine soudanaise. Il décède dans la nuit à l’hôpital. Dans son ventre, près d’un kilo et demi de cocaïne. Le 9 janvier, un lituanien de 47 ans s’effondre à la Charbonnière à Saint Laurent du Maroni. Il meurt peu après, il avait ingéré 620 grammes de cocaïne.

A l’origine de ces décès, un ou plusieurs « ovules » de drogue qui n’ont pas résisté ou se sont fissurées… 

Des ovules qui ont éclaté, d'autres non. Certaines ovules n'étaient pas étanches. On était à plus de dix fois la dose mortelle de cocaïne.

Paul Pontacq substitut du procureur, en charge de la lutte contre les trafics de stupéfiants

Une ovule : 10 grammes de cocaïne

ovules de drogue
©Malijet France

La drogue est transportée dans des emballages fabriqués par les trafiquants, visibles sur les radios des mules faites à l’hôpital de Cayenne. Chaque « ovule » contient en moyenne 10 grammes de cocaïne. En cas de fissure, à partir d’un  dixième de cette quantité qui se retrouve dans le sang, c’est « l’overdose »

Le cœur s'accélère, cela va causer un arrêt cardiaque. lorsqu'elle va agir, la drogue va déchirer les artères. Cela peut également provoquer un accident cérébral et causer la mort

Docteur Sihem Ouar médecin légiste à l’Unité Médico-Judiciaire (UMJ) du Centre Hospitalier de Cayenne

En cas d’éclatement d’un ovule, la survie de la mule dépend du délai de prise en charge. Ainsi, le 3 avril, une passeuse de 50 ans, portugaise originaire du Nigéria, a fait un malaise à l’aéroport Félix Eboué. Elle avait ingéré une centaine d’ovules. Rapidement prise en charge, elle a échappé de peu à la mort…elle est toujours hospitalisée…

 A noter cet autre décès, il y a un an : le 7 avril 2021, un jeune guyanais de 19 ans, est décédé chez lui à Saint Laurent du Maroni suite à l’éclatement d’un ovule de cocaïne ingérée.

Une enquête

"Docteur Aéroport" pendant 40 ans, Philippe Bargain se range des avions
Philippe Bargain, chef des urgences de Roissy, montre une photo représentant une capsule contenant de la drogue ingérée par une mule qui a tenté de traverser la frontière. ©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Chaque décès entraîne l’ouverture d’une enquête pour « homicide involontaire » et « trafic de stupéfiants ». 

 512 mules ont été arrêtées l’an dernier en Guyane, une partie d’entre elles ayant ingéré la cocaïne, les autres faisant passer la drogue dans les bagages. Au total, en 2021, près de 1500 kilos ont été saisis, contre 1000 kilos l’année précédente.

Si l’essentiel du trafic passe toujours par l’aéroport, le parquet constate le développement de l’export de cocaïne vers l’hexagone via les colis postaux.