publicité

Election : la réforme électorale en vigueur dans les mairies

Depuis le 1er janvier, la réforme électorale est en vigueur, avec la création du Répertoire électoral unique : une gestion des inscriptions et des radiations simplifiée afin de lutter contre l’abstention. L'exemple de deux petites communes de l’ouest, Apatou et Awala Yalimapo

© DR
© DR
  • Maéva Myriam Ponnet/MCT
  • Publié le
Depuis le 1er janvier, la réforme électorale est en vigueur, avec la création du REU, le Répertoire électoral unique… une collaboration entre l’INSEE et les mairies. Une gestion des inscriptions et des radiations simplifiée afin de lutter contre l’abstention. Les 22 communes de Guyane s'organisent. Parmi elles :  Apatou et Awala Yalimapo.


Le service des élections s'active

Rapprocher les citoyens du processus électoral en simplifiant les modalités : une façon de lutter contre l’abstention. Depuis le 1er janvier, le REU, le Répertoire électoral unique est en vigueur, partout en France. L'exemple de la commune d’Apatou dans l’ouest Guyanais :  8 345 habitants  et 1600 électeurs.
Depuis plusieurs mois, le service des élections se prépare : formation des agents au logiciel et communication aux administrés.
Il faut dire, que cette réforme, a renforcé les prérogatives du maire en la matière, en lui confiant la responsabilité des inscriptions et des radiations.
Kévin Hardeveld directeur général des services d'Apatou confirme : 

"Avec cette nouvelle réglementation, c'est la mairie qui a le pouvoir de statuer sur la composition des listes électorales".


L'Insee garant des nouveaux inscrits 

L’autre particularité de ce dispositif : une collaboration conjointe entre les municipalités et l'Insee. l'Insee applique directement dans le Répertoire électoral unique (REU) les radiations pour décès, et les inscriptions d'office des jeunes et des personnes venant d'acquérir la nationalité française.
Un nouveau dispositif plus souple et des listes électorales plus fiables. Mais la mise en place n’est  pas toujours évidente surtout pour les petites communes.
A Awala-Yalimapo, le responsable des élections peine à attirer les nouveaux inscrits. Même s'il avoue que cette réforme lui facilite la tâche.
Roger Akinan en charge des élections mairie de Awala yalimapo

"Ca va plus vite, sauf qu'à Awala, tous les habitants n'ont pas les moyens pour s'équiper et avoir Internet" 


2019 reste une année transitoire : pour le scrutin européen, les électeurs doivent s'inscrire avant le 31 mars.




 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play