Elections au Brésil : une campagne serrée dans l’état de l’Amapa

monde
Macapa carte google
©TG
Dans l’état de l’Amapa la campagne est polarisée par l’enjeu local avec le duel pour le poste de gouverneur entre l’ancien gouverneur João Capiberibe et le gouverneur sortant Waldez Góes, ce dernier est sorti en tête du 1er tour mais reste à la peine dans les intentions de vote.
Le second tour des élections générales au Brésil a lieu ce dimanche 28 octobre, le pays vit ses derniers soubresauts d'avant élection. En Amapa, la campagne s'accélère.
Ils sont des centaines à être descendus dans les rues de Macapa dimanche dernier arborant les couleurs du candidat de l’extrême droite à l’élection présidentielle Jaïr Bolsonaro. C’est qu’avec deux candidats de gauche au second tour pour le poste de gouverneur de l’état on en oublierait presque que c’est Jaïr Bolsonaro qui est arrivé en tête au 1er tour dans cet état avec près de 40% des suffrages contre 22% pour Fernando Haddad le candidat du PT. Mais voilà, avec 78 000 chômeurs sur le territoire, les électeurs de l’Amapa attendent beaucoup de leurs élus notamment sur la question du développement économique et de la lutte pour l’emploi. 


Waldez Goez et João Capiberibe au coude à coude

Invité à débattre sur une radio locale le gouverneur sortant Waldez Goes dit miser sur une politique d’investissements dans la réalisation d’équipements structurants, la condition pour ce dernier avant d’entrevoir le développement. Citant la zone franche verte Waldez Goes estime que les entrepreneurs commencent à arriver. Le Gouverneur sortant est arrivé en tête du premier tour avec 3 points d’avance sur son rival João Capiberibe qui culmine pourtant à 52% d’intention de vote dans un récent sondage, à 4 points de plus du candidat du parti démocratique travailliste. Alors pas de répit, les déplacements s’enchaînent. João Capiberibe était ainsi à Santana ce mardi. Dans son discours, il insiste sur l’émergence d’un état davantage industrialisé particulièrement dans l’agroalimentaire. Celui qui fut gouverneur de l’Amapa en 1995 se présente volontiers comme le candidat de l’Amapa du futur, axant ses arguments sur l’emploi, la santé, mais aussi la lutte contre la corruption.

Nous suivrons là encore le scrutin à venir, grâce à notre équipe sur place à Macapa, capitale de l’Amapa pour ces derniers jours de campagne et bien entendu pour commenter les résultats dimanche 28 octobre.