publicité
Examens 2018
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Les élèves du collège Bouyer d'Angoma terminent à la troisième place de la finale du concours Cgénial à Toulouse

Viandra Lampe, Lowen Asalobie et Victor da Silva Campos, les élèves de l'atelier avifaune du collège Bouyer d'Angoma ont terminé le concours Cgénial à la troisième place. Un classement honorable pour les saint-laurentais qui ont vécu une belle aventure.

Viandra, Lowen, Victor et leur professeur Judith Priam devant les grilles de leur stand © CL
© CL Viandra, Lowen, Victor et leur professeur Judith Priam devant les grilles de leur stand
  • Par Catherine Lama
  • Publié le , mis à jour le
A 19h ce 25 mai dans la grande salle où se déroulait la remise des prix, les candidats du concours Cgénial ont découvert leur classement. Il y avait 49 équipes, 30 pour les collèges et 19 pour les lycées. Le président du jury a souligné la qualité des projets proposés ce qui a conduit à classer et à récompenser tout le monde.
A la troisième place sont classées 17 équipes dont celle du collège Arsène Bouyer d'Angoma. Les trois collégiens de Saint-Laurent accusent le coup, ils espéraient mieux après leur prestation devant les trois jurys de la journée. 
Les équipes classées 3èmes sur la scène de l'Imax de la cité de l'Espace © CL
© CL Les équipes classées 3èmes sur la scène de l'Imax de la cité de l'Espace

Mais ils savaient aussi, qu'ils y avaient d'autres très beaux projets dans les stands voisins. Leur déception est de courte durée.
Viendra Lampé qui a su surmonté sa timidité et a pris l'avion pour la première fois, ne veut retenir que le côté positif de ce voyage :

"Au fond de moi, je sens le soulagement d'avoir présenté notre projet. Les gens nous ont écouté, nous ont posé des questions. Ils avaient l'air d'être très intéressés et dans ma tête je me dis que c'est quelque chose d'incroyable..."


Pour Lowen Asalobie, il y a beaucoup de leçons à tirer de cette expérience :

"Dans l'atelier, on est amis, on travaille presque comme une société familiale... il faut apprendre à vivre en communauté et la cohésion entre les groupes est formidable et puis ma professeure c'est le cadeau de tous les profs. Grâce à elle, on est là aujourd'hui. Grâce à elle, on a pu présenter notre projet aux jurys. Grâce à elle, on a pu apprendre, exploiter et partager toutes nos données. J'espère que je pourrai continuer avec elle le plus longtemps possible."


Le professeur Judith Priam entend bien poursuivre cette contribution sur les oiseaux de Guyane . Elle a hâte de se remettre au travail avec ses élèves qui reprendront les cours dès ce lundi.




Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play