Employeurs quels réflexes adopter quand un salarié est positif à la Covid-19 ?

coronavirus
Visuel coronavirus
©Gerd Altmann de Pixabay
L’Accélération de l’épidémie en Guyane, soulève beaucoup d’interrogations chez les employeurs, mais aussi chez les salariés. Après la mairie de Cayenne, La Poste et la CCIG,... les cas se multiplient. 
Pour y répondre, l’ARS Guyane a rédigé une note à destination des employeurs. 
 
Dans cette note l’Agence Régionale de Santé détaille les différentes étapes, la procédure des cas contact Covid-19 en milieu professionnel.

Le salarié diagnostiqué positif :

D’abord, le salarié dépisté positif est informé de son état par le médecin qui lui aura prescrit un test-Covid.
Le patient est alors placé en arrêt de travail, s’il n’a pas été arrêté plus tôt, au moment de l’apparition des premiers symptômes.
Une fois que le laboratoire qui a réalisé l'analyse a transmis à l’ARS, le résultat positif, la cellule ARS-Santé Publique France, appelle alors le patient pour faire le point sur les contacts qu’il a pu avoir depuis qu’il est présumé contagieux.
Si l’employé est d’accord pour que son diagnostic soit partagé avec son employeur, ce dernier reçoit un appel de l’ARS pour l’aider à identifier les personnes exposées. Il arrive que l’employé informe directement son employeur de sa positivité au Covid-19.

Ensuite à l'employeur de mettre en place un dispositif pour l'entreprise :

L’employeur est invité à saisir le médecin du travail ou à désigner un salarié ou agent référent pour la suite de la procédure. Le médecin du travail ou ce référent analyse, ensuite, le niveau de risque de chaque collègue :
Qui a travaillé en même temps que la personne positive ?
Qui a été en contact proche et prolongé avec elle ?
Les critères à prendre en compte sont : un contact de moins d’un mètre, pendant 15 minutes, sans masque.

Sont généralement retenus comme collègues à risque, ceux des collègues qui partagent le même bureau, ceux ayant déjeuné avec la personne testée positive, à partir de la date des premiers signes et jusqu’à 48h avant ceux-ci.


De son côté, le ministère du Travail a publié sur son site internet, une foire aux questions-réponses, qui pourra guider les chefs d’entreprises dans le gestion de la crise.

Mais rappelons que la meilleure gestion de crise est la prévention.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live