Esclavage : en Côte d'Ivoire, émotion intense pour la délégation guyanaise lors des Journées mémorielles

histoire
Réception à la cour du roi des Agnis
Réception à la cour du roi des Agnis ©Catherine Boutet / Karl Constable
La délégation composée d’une vingtaine de Bonis poursuit sa visite. Ce séjour s’inscrit dans le cadre des premières "Journées internationales mémorielles de la route de l'esclave".
Pour la première journée, ce lundi, la délégation s’est rendue à Krindjabo, l’un des plus importants royaumes des Akans de Côte d’Ivoire, composante des Bonis. Elle a été reçue par le roi du royaume des Agnis lors d’une cérémonie traditionnelle très forte et en présence des ministres de la Culture et de la Francophonie, de la Santé et du Tourisme. C’est la troisième fois que le royaume reçoit officiellement des "frères et sœurs" de la diaspora après Mikael Jackson et Jessee Jackson.
Le ministre de la Culture a présenté ses excuses aux Bonis, 95.000 ivoiriens ont été déportés et déportés pour être mis en esclavage.
 
Mais, hier, mardi matin la délégation boni composée du chanteur Rickman et de son groupe, de 2 Chefs coutumiers et de Lenaïck Adam ont vécu un moment particulièrement fort. Ils ont été accueilli à Kanga Nianzé. Les habitants de ce village lavaient les captifs emmenés par les esclavagistes avant d’être conduits dans la ville de Tiassalé (dernière étape avant de partir vers le nouveau monde). Ils ont été accueillis par les descendants, des personnalités politiques et coutumières, une sorte de cérémonie du pardon à laquelle ont été sensible Rickman, ses danseurs et musiciens, les 2 chefs coutumiers et Lénaïck Adam. Le député de Guyane a d’ailleurs reçu le titre de chef, avec le nom de Amoa Golé du nom de celui qui a fondé le village (voir photos).
Représentant du gouvernement ivoirien et Lénaïck Adam
Le député de la 2e circonscription de Guyane et le représentant du ministre de la Culture répondent aux question des journalistes. ©Catherine Boutet / Karl Constable
Le roi des Agnis
Le roi des Agnis ©Catherine Boutet / Karl Constable
Lénaïck Adam
Le député Lénaïck Adam (2e circonscription de la Guyane) a reçu le titre de chef, avec le nom de Amoa Golé. ©Catherine Boutet / Karl Constable
Patient et Adam
Les parlementaires guyanais (le sénateur Georges Patient et le député Lénaïck Adam) accompagnent la délégation. ©Catherine Boutet / Karl Constable
Cour du roi des Agnis
Face au roi des Agnis ©Catherine Boutet / Karl Constable

 

Dans le Nianzè, le chanteur Rickman entre "en transe"


Parmi les autres moment fort de cette visite à Kanga Nianzé, le rituel de purification dans le fleuve Bodo, là où était lavés les esclaves. Rickman est rentré en transe… Il nous a confié que ses ancêtres refusaient le pardon et lui demandaient de frapper le prêtre chargé de la libation. Lui, a pardonné...
Selon Kouamé Aka, professeur d'histoire moderne, président de l'association des historiens africains, "la particularité du Nianzé, c'est que quand les esclaves arrivent fatigués, meurtris, et qu'on vient les laver ici ils retrouvent la force. Avant, ici, c'était la forêt. On les lave dans le Nianzé (...), ils retrouvent la force, ils retrouvent de la vigueur. Et puis, certains racontent même qu'à partir de ce moment-là ils oublient ce qui vient de se passer, et ils peuvent avancer sans se révolter".
 

La visite de la délégation guyanaise se poursuit ce mercredi à la basilique de Yamoussoukro à 2 heures 30 d’Abidjan.


Le reportage de Catherine Boutet et Karl Constable :
Les Outre-mer en continu
Accéder au live