En Amapa, la construction d'un hôpital public et la réfection de la BR-156 au cœur des priorités des habitants

amazonie amapa
Pont sur la BR 156
Pont en bois sur la BR 156 ©Claude Joseph

Une consultation publique lancée par le sénateur Randolfe Rodrigues a mis en évidence les priorités des habitants de l'Amapa. Ils réclament un hôpital public à Macapa et la réfection de la BR-156 qui relie la capitale à Oiapoque à la frontière avec la Guyane. 

L'enquête diligentée sur internet par le sénateur Randolfe demandait aux habitants de l'Amapa de fixer leur priorités pour l'utilisation des fonds d'investissements 2021 demandés par les parlementaires pour réaliser des travaux dans leur circonscription.

Les amapaenses ont dégagé deux priorités fortes et attendent de leurs députés et sénateurs qu'elles soient défendues : la construction d'un hôpital municipal à Macapa et l'achèvement des  travaux d'asphaltage de la BR-156 commencés depuis 40 ans. 

La BR-156 : une portion de 90 km à terminer


Pour les habitants d'Oiapoque, la ville frontière brésilienne, se rendre à Macapa, la capitale de l'Amapa, en saison des pluies est un cauchemar. Depuis plusieurs décennies, la route BR 156 est en travaux. Un chantier interminable maintes fois repris et abandonné. 

En 2019, le MPF (Ministère public fédéral) rappelant que la situation de cet axe routier "enfreint les droits fondamentaux de la population d'Oiapoque", avait même condamné l'Etat de l'Amapa et la DNIT à payer une amende de 50 000 reais par jour. La condamnation avait pour but d'obliger ces instances à produire un échéancier de réalisation des travaux. Quelques kilomètres ont été réalisés avant que le chantier ne soit de nouveau arrêté.

Au mois de janvier, un pont en bois s'est effondré sous le poids d'un camion citerne non loin de Calçoene, pénalisant durant plusieurs jours, une fois de plus, les habitants de la région. 
L'Amapa subit cette année une forte pluviométrie qui provoque des inondations un peu partout. La BR-156 n'échappe pas à cette fatalité et plus que jamais les habitants de la frontière sont isolés.
Une bonne nouvelle cependant, la presse annonce le redémarrage cette semaine du chantier.