Brésil : Un village d'Oiapoque touché par une épidémie de Zika et de Chikungunya

dengue est guyanais
Brésil : Une épidémie de Zika et de Chikungunya dans un village amérindien d'Oiapoque
Des échantillons ont été prélevés dans la communauté Quilombo (noir-marron), en bordure du fleuve Cassiporé, à Oiapoque, pour des examens. ©Ascom/SVS/Gouvernement de l'Etat de l'Amapá
Une cinquantaine d'habitants du village de Vilha Velha, à Oiapoque, ont présenté des symptômes de fièvre, de maux de tête et de saignements des gencives durant le mois d'août. Des tests ont confirmé des cas de chikungunya, de zika et de dengue. Le gouvernement de l'Amapá mène une enquête.

La municipalité d'Oiapoque affronte une nouvelle épidémie. Dans le bourg isolé de Vilha Velha, sur les rives du fleuve Cassiporé, à l'intérieur des terres de la commune d'Oiapoque, la dengue, le zika et le chikungunya ont frappé la population d'environ 2500 habitants. Des descendants de Quilombos, esclaves africains en fuite.

Brésil : Un village amérindien d'Oiapoque touché par une épidémie de Zika et de Chikungunya
Vue de Vila Velha do Cassiporé en 2018. ©DR

Au cours du mois d'août, plusieurs habitants ont présenté des maux de tête, des courbatures, de la fièvre et des saignements des gencives. Rapidement alertées, les autorités sanitaires de l'Amapá ont réagi. Des équipes de soignants, de cliniciens et de chercheurs se sont rendues sur place dés le 17 août. 

Quarante-sept échantillons ont été prélevés sur des personnes présentant des symptômes, les 17 et les 18 août. Parmi ces échantillons, 10 se sont révélés positifs au chikungunya, 8 au Zika et 1 à la dengue. 

Une région sous surveillance, une situation sous contrôle


Dimanche 29 août, les équipes de soignants sont revenues dans ce village agricole et elles y restent au moins 7 jours.

Les soignants visitent 100% des foyers de la localité, ils collectent du matériel pour les examens, ils réalisent des enquêtes épistémologiques et entomologiques. Ils étudient les eaux contaminées par les métaux lourds.

Les agents des équipes sanitaires vaccinent aussi la population contre la rougeole, la grippe et la covid-19.

"Nous devons garder la situation sous contrôle dans la région. Depuis l'arrivée des agents, aucun nouveau cas n'a été signalé et tous les tests seront effectués".

Dorinaldo MALAFAIA, surintendant de l'Agence de contrôle de la santé de l'Amapá (Superintendência de Vigilância em Saúde).


Les actions se poursuivent avec le contrôle de l'eau consommée par la population, la distribution d'hypochlorite, des conseils sur l'utilisation des répulsifs, principalement pour les femmes enceintes et les personnes âgées, et des conseils sur la collecte d'eau alternative pour la population locale.