La problématique gestion des déchets sur le fleuve Maroni

environnement est guyanais
Déchets sur le Maroni
©Karl Constable
Une question primordiale pour la Guyane : la gestion des déchets et des ordures ménagères. Des installations hors normes et une population grandissante. Que faire de nos poubelles ? Un sujet problématique sur le Maroni où les décharges à ciel ouvert sont nombreuses et se retrouvent dans le fleuve.
 
La CCOG  gère chaque année 18 mille tonnes de déchets ménagers. Dans la commune de Papaichton,  Omissi Fossé s’occupe du ramassage des ordures ménageres  2 fois par semaine. Des moyens rudimentaires : un tracteur , une remorque , un masque et des gants pour récupérer les 300 bacs sur la commune. Les éboueurs ont beaucoup de travail.
A Papaïchton, de plus en plus de citoyens ont pris conscience de l’importance de la protection de l’environnement et multiplient les actions pour organiser des mayouri pour venir à bout des ordures laissés un peu partout sur le Maroni. C'est le cas de l'association" Fleuve d’hier et d’aujourd’hui" dont fait partie Dondaine Pinson :

Les gens ont tendance à jeter dans le fleuve puisqu'ils ne voient pas sous l'eau. C'est devenu leur poubelle. Ce constat nous a obligé à mener un certain nombre de projets pour tenter de les rappeler à la raison


La Communauté des communes de l’ouest Guyanais a en charge le ramassage et la gestion de 18 000 tonnes de déchets ménagers sur le Maroni entre autres missions. Maripasoula, c’est par exemple 4500 tonnes d’ordures chaque année à gérer.
La structure est en train de mettre en place des presses à balles pour pouvoir récupérer et stocker les ordures sur le Maroni.
 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live