Oiapoque : un réseau de trafic de stupéfiants démantelé à Vila Brasil

trafic de drogue est guyanais
Oiapoque, fin de l'opération Hórus : arrestation d'un homme pour le trafic de drogue
©Police Civile de l'Amapá
Fin de l'opération Horus à la frontière franco-brésilienne. Ce dispositif a permis le démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants, implanté à Vila Brasil. L'un des chefs du réseau a été interpellé hier.

Hier (mardi 17 août), la Police Civile de l'Amapá, a achevé l'opération Horus par l’arrestation d'un homme suspecté de trafic de drogue. Selon le délégué de la Police Civile amapaense à Oiapoque, Charles Corrêa, cette arrestation est aussi la conséquence des précédentes interpellations.

Une enquête menée depuis début juillet


Ces actions sont menées dans le cadre du démantèlement du trafic de stupéfiants à Vila Brasil en coordination avec la compagnie d'opérations spéciales (COE) et le chenil du bataillon d'opérations spéciales de la police militaire (BOPE). Un trafic trés actif également entre le Brésil et la Guyane, en particulier via les sites d'orpaillages illégaux.

Oiapoque, fin de l'opération Hórus : arrestation d'un homme pour le trafic de drogue
Le 14 août, le chef d'un réseau de trafic de drogue a été abattu lors d'un échange de coups de feu. ©Police Civile de l'Amapá

« Lors de l'opération Horus du mois dernier, nous avons arrêté deux personnes pour trafic de drogue et association de trafic de stupéfiants. De là, nous avons intensifié les enquêtes, identifié d'autres membres du réseau et nous les avons interpellés et mis en détention préventive. L'équipe du COE et moi sommes allés pendant la semaine dernière, de nuit à Vila Brasil pour surprendre les criminels. L'un d'entre eux a ouvert le feu sur les hommes de la police militaire et il a été abattu. Plus tard, nous avons reçu des informations selon lesquelles un autre suspect se rendrait à Oiapoque. Immédiatement, nous avons mis en place un dispositif de recherche et nous avons réussi à le capturer, hier », a expliqué le chef de la Police.

L'homme arrêté a été emmené à l'Iapen, l'Institut d'administration pénitentiaire de l'Amapá.

« L'opération Horus, en partenariat avec le gouvernement fédéral, nous a permis de recevoir un renfort d'hommes à la frontière. Nous avons ainsi disposé d'une équipe conséquente, de logistique et de stratégies opérationnelles très efficaces dans la région d'Oiapoque ».

Charles CORRÊA, délégué de la Police Civile de l'Amapá, coordinateur des opérations


Initiée début juillet, l'opération Horus visait au démantèlement des divers trafics et crimes dans la région frontalière de l'Amapa (trafics de drogue, immigration illégale..). La cooopération entre les différents services va se poursuivre en septembre dans cette région frontalière.