guyane
info locale

Fait divers : un vol de bijoux surréaliste, une jeune fille témoigne

société
vol surréaliste de bijoux
Une mésaventure des plus troublantes. Une jeune femme, Laurence, dit avoir été presqu’hypnotisée par des voleurs. Ils seraient parvenus à lui soutirer des bijoux. Elle a été abordée par deux inconnus. Une affaire prise très au sérieux. La rumeur enfle sur les réseaux sociaux.
Aujourd’hui les gendarmes doivent procéder aux vérifications d’usage. Une enquête pour escroquerie a été diligentée. La drôle d’aventure qui est arrivée à Laurence peut prêter à sourire. Seulement depuis quelques mois la rumeur enfle. Des faits similaires sont racontés avec force détails sur les réseaux sociaux. Le parquet en revanche dit ne pas être informé.


Un couple qui vous veut du bien

Lundi 21 mai, Laurence, se retrouve après avoir effectué ses courses, sur le parking d’un commerce de détail. En remontant dans son véhicule, elle est abordée par un jeune homme.
Encore choquée, Laurence raconte :

« Un homme sort de nulle part. Il m’interpelle, me dit bonjour, me dit qu’il est haïtien, qu’il vient des Etats Unis et me demande si je sais où se trouve un cabinet d’avocat. Une jeune fille de la même origine vient nous rejoindre. On commence à discuter.  De fil en aiguille, j’ai donné mon prénom et j’ai sympathisé avec eux. C’est arrivé très vite, je n’ai rien compris. »


Laurence est "envoûtée" 

Le duo se retrouve avec Laurence en voiture. Entre temps, le jeune homme lui prédit un accident de la route et quatre jours de coma. Elle serait la victime d’un mauvais sort. On aurait enterré dans un cimetière des sous-vêtements lui appartenant et de l’or. C’est pourquoi les deux comparses lui réclament eux aussi de l’or (ses bijoux) pour procéder à un désenvoûtement (sic).
Laurence  ajoute désemparée :

« De midi à 16h, durant quatre heures, ces gens là ont fait ce qu’ils voulaient de moi. On a beaucoup roulé, je les ai amenés là où ils le désiraient, je leurs ai donné mes bijoux. Je les ai amenés chez moi. J’ai donné tous mes bijoux même les bijoux de mon fils. J’étais dans un état second. Je ne comprends toujours pas ».


Reste que d’un point de vue pénal, il n’y a pas eu de violence, ni contrainte. Il n’y a donc pas eu de vol. Laurence a porté plainte pour escroquerie. Les caméras de surveillance du commerce où cette rencontre improbable a eu lieu, permettront peut-être d’en savoir plus sur cette ténébreuse affaire.
Le reportage de Guyane la 1ère :

 

Publicité