Filière excellence santé au lycée Saint Joseph de Cluny : anticiper pour faire face au désert médical

éducation
Lycée Externat Saint Joseph
La Guyane manque cruellement de médecins. La pandémie a mis en évidence la fragilité de notre système de santé. Au lycée Saint Joseph à Cayenne, c’est l’objectif de la filière excellence santé.  Une filière très convoitée qui fait ses preuves.
La Guyane manque cruellement de médecins. C’est le triste constat fait pendant la crise sanitaire. La pandémie a mis en évidence la fragilité de notre  système de santé. Pour pallier ce manque 249 médecins étrangers ont été recrutés en août dernier. Au lycée Saint Joseph à Cayenne on veut prendre ce problème à bras le corps et créer l’engouement pour les matières scientifiques et ainsi former de futurs médecins made in Guyane. C’est en tout cas l’objectif de la filière excellence santé qui était présentée devant des parents d’élèves et des élèves dans l’établissement. Une filière très convoitée qui fait ses preuves. 

 
Une filière correspondant à un vrai besoin

Pourquoi une filière santé au lycée ? L’enseignement en Guyane n’est-il pas suffisant pour permettre à nos élèves de se présenter sereinement au concours d’entrée de médecine ? Autant de questions qui pourraient se poser quand on voit la création d’une filière excellence santé. A quelle fin ? Alors que des prépas scientifiques existent déjà ? Questions légitimes, mais il s’agit surtout de prendre très tôt et à bras le corps la question du désert médical qu’est notre territoire à l’heure actuelle. 


Un désert médical 

Lycée Saint Joseph de cluny
©Olivia Garett Alaïs
Le département de la Guyane est en totalité un «désert médical ». L’appareil de soin en Guyane est inadapté à la situation démographique réelle. Le département de la Guyane connait un sous-développement général en matière d’infrastructures et de professionnels de la santé. Tous les indicateurs sont au rouge, les populations les plus nécessiteuses sont les plus touchées. De plus il faut noter une inadaptation croissante des politiques publiques au contexte local. Antoine Nelson professeur de mathématiques et référent principal de la classe excellence santé de l’externat Saint Joseph ne mâche pas ses mots quand il présente l’urgence de former plus de jeunes médecins sur le territoire guyanais c’est en ces termes qu’il s’exprime dans la plaquette de présentation de la formation. Le but est d’imprégner l’élève dès la classe de première à la méthode de travail des études médicales.

"Une fois par mois, les élèves de terminales rencontreront plusieurs professionnels de santé (kinésithérapeute, un pharmacien, un infirmier, un pédicure podologue, un psychologue, une sage-femme, etc…) Lors de ces rencontres, les élèves posent des questions sur le métier, les études, les débouchés, un moyen pour eux d’affiner leur projet d’orientation. Tous les élèves qui partiront faire des études de médecine savent à quoi s’attendre et seront motivés. L’expérience a montré qu’il est plus facile de fidéliser un jeune médecin formé en Guyane lorsqu’il est d’origine guyanaise et lorsqu’il y a ses attaches familiales ou amicales".

Antoine Nelson professeur référent

 
classe externat Saint-Joseph
©Guyane1ère
Depuis 4 ans, 151 élèves ont bénéficié de cette initiation aux cours de médecine.Tous sont élèves de seconde, première, terminale à St Joseph. Depuis que la formation existe elle a créé des vocations ou incité certains à s’orienter vers d’autres formations. En tout cas 75% d’entre eux réussissent le concours de médecine quand ils le tentent après la formation excellence santé. Est-ce la panacée peut être pas mais l’objectif à terme serait de faire de cette pépinière une formation professionnalisante à petite échelle et avec un encadrement de proximité pour que la Guyane soit pourvue elle aussi de médecins sur l’ensemble de son territoire.