Fin de la campagne d'études des cétacés de l'association OSL: les scientifiques ont étudié les eaux guyanaises durant quarante jours

environnement
Un dauphin de Guyane
©Aline Delafosse - Blog WWF Guyane
C’est la fin des campagnes d’étude des cétacés au large de la Guyane. Pendant une quarantaine de jours et depuis le mois de juin une équipe de scientifiques de l’association Océan Service & Logistic (OSL) a parcouru nos eaux afin d’observer les espèces de cétacés.
Des dauphins nageant dans les eaux guyanaises, des thons, des baleines, Claire Pusineri est intarissable sur la richesse de la faune aquatique. Le navire d'observation a été installé à 150 km des côtes de notre territoire, là où les fonds ont une profondeur de 100 m à 3 km.
C'est l'heure du bilan pour l'équipe scientifique.

 
La Guyane, une nursery pour les baleines

Claire Pusineri
©Claire Pusineri
Claire Pusineri est responsable scientifique de l’Association Océan Service & Logistic. Depuis le mois de juin et pendant 40 jours, quatre campagnes d’observation ont été menées par des scientifiques dont deux spécialistes des mammifères marins : une ornithologue et un biologiste.  Le but est de mieux connaître les habitudes des cétacés au large des côtes de Guyane. 

"Nous avons pu observer que les baleines à bosse se retrouvaient toujours en Guyane à la même période. La Guyane serait une nursery pour cette espèce!" 


Préserver les eaux Guyanaises

Ces campagnes financées par l’Europe et la DEAL (direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement de la Guyane ) entre autres, doivent permettre de mieux découvrir nos eaux et leurs richesses. Les projets d’exploitation d’hydrocarbure au large de notre pays, doivent être soigneusement examinés.
Claire Pusineri responsable scientifique de l’association Océan Service & Logistic (OSL)

"On sait que les eaux guyanaises font partie des eaux les plus riches du monde. Ce serait dommage de les dégrader. Il faut, si le projet se fait, que les mesures soient les plus restrictives possibles". 



Pour l’heure difficile de savoir si les conclusions de ces observations auront un poids quant aux décisions à venir. Un bilan sera disponible sur le site l’association en novembre prochain et la globalité d’ici un an. 
Le reportage de Guyane la 1ère :