Fusillade du 31 octobre à Montsinéry : le maire souhaite "remettre de l’ordre" dans le quartier Kalani-Beauséjour

société
Patrick Lecante, maire de Montsinéry-Tonnégrande
©Guyane la 1ère
Dans un communiqué diffusé ce vendredi, le maire de Montsinéry-Tonnegrande est revenu sur les événements qui se sont déroulés dans sa commune le 31 octobre dernier. Il pointe du doigt plusieurs "causes réelles" ayant mené à cette fusillade.

Le 31 octobre dernier, alors qu’une soirée illégale se tenait au quartier Kalani-Beauséjour de Montsinéry-Tonnegrande, une fusillade a éclaté, faisant au moins un blessé. Plusieurs centaines de participants étaient sur les lieux, selon les témoins. Patrick Lecante, maire de la commune, avait réagi en déclarant : "Il s’agit d’une fête organisée par des personnes qui ne sont même pas de la commune. […] J’ai croisé des riverains qui m’ont dit avoir vraiment été terrorisés par les rafales de balles."

Plusieurs éléments pointés du doigt par le maire

Ce vendredi 12 novembre, dans un communiqué, l’élu a tenu à se féliciter pour "la réaction forte et rapide des pouvoirs publics de Police et de Justice, afin de faire la lumière sur les graves incidents  survenus durant la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2021 à l’occasion d’une fête clandestine et illégale". Il a également tenu à rappeler "la nécessité absolue de mettre un terme aux causes réelles qui ont déjà été identifiées".

Les causes qu’il évoque dans son courrier sont les suivantes : "l’attribution de terrains privés de l’État sans plan d’aménagement d’ensemble, faisant de ce secteur communal un quartier informel et de non droit", "des pratiques peu scrupuleuses d’une association dite foncière, qui a donné lieu à une enquête judiciaire" et "la présence d’étrangers en situation illégale (ESI), en lien avec l’orpaillage clandestin et le recours à la main d’œuvre irrégulière".

Patrick Lecante souhaite "remettre de l’ordre"

"J’ai souhaité rappelé que ces événements sont des conséquences d’éléments que j’avais déjà évoqués", nous a indiqué Patrick Lecante. Il s’explique : "Le quartier Kalani-Beauséjour est, à l’origine, un terrain de l'Etat. Il avait été proposé aux familles amérindiennes mais on en est très loin aujourd’hui. Ces terrains sont attribués sans plan d’aménagement et constituent une zone de non-droit. On ne sait pas où sont les voieries publiques, une grande partie du secteur n’est pas alimenté en électricité mais des constructions se font."

L’objectif est de reprendre en main ce secteur car aucune autorité n’a eu son mot à dire sur l’aménagement de ce territoire.

Patrick Lecante, maire de Montsinéry-Tonnegrande

Le maire de Montsinéry-Tonnegrande met aussi en cause la gestion foncière de l’organisme France Domaine qui, aujourd’hui, n’existe plus. "L'association n’a plus de fonctionnement réel aujourd’hui mais ça a donné lieu à des dérapages sans nom. Certaines personnes paient des terrains sans titre de propriété, d’autres louent sans bail. Il convient de remettre de l’ordre", estime Patrick Lecante.

Une réunion se tiendra prochainement

Pour pallier ces problématiques, la mairie prévoit de mettre en place des actions d’accompagnement dans ce secteur. Il est notamment question de la clarification des voieries mais aussi de l’installation d’arrivée de l’eau potable. Pour l’instant des fontaines à eau sont installées au quartier Kalani-Beauséjour, selon les indications de l’élu.

Par ailleurs, ce dernier s’est déjà concerté avec une partie des citoyens de cette zone. Il souhaite prochainement organiser une réunion, pour la reprise de ce quartier, avec la participation de la préfecture et des administrations concernées. "Il faut permettre aux honnêtes citoyens d’améliorer le vivre ensemble", conclut-il.