publicité

Grève au CHK : 6ème semaine de mobilisation

La grève au Centre hospitalier de Kourou se poursuit. Voilà 36 jours qu’une partie du personnel a cessé le travail pour réclamer de meilleures conditions de transition de leur statut d’agent hospitalier du privé au public. Les négociations sont toujours en cours avec l’ARS et sa nouvelle directrice.

© Gaël Ho A Sim
© Gaël Ho A Sim
  • Franck Leconte/CL
  • Publié le
Le Centre médico chirurgical de Kourou ancré dans le paysage kouroucien depuis de longues années est devenu le 1er janvier 2018 le Centre hospitalier de Kourou (CHK). Un établissement qui employait parfois, depuis longtemps certains agents qui viennent d’intégrer la fonction publique. Les grévistes souhaitent que le personnel soit donc reclassé à un échelon prenant en compte la totalité de leur service au CMCK.
 

Principal point bloquant : la perte d'une partie des années d'ancienneté pour le personnel administratif

Mais les règles de reprise d’ancienneté dans la fonction publique ne tiennent pas compte de toutes les années effectuées dans le privé. Pour ceux qui n’exercent pas de profession liés aux soins par exemple, les agents de catégorie C, et tout particulièrement ceux issus du secteur administratif, seule 50% de leur ancienneté est désormais prise en compte dans le traitement salarial. Il leur avait été garanti que le salaire ne changerait pas lors du passage à la fonction publique.
Le maintien du salaire se fait donc par le biais d'une prime compensation qui ne pourra pas être prise en compte pour le calcul de la retraite des personnes concernées.
Clara de Bort, la directrice de l'Agence régionale de Santé s'est exprimée sur le sujet en radio. Elle fera deux propositions au personnel concerné :
- Le financement de la promotion de personnels de catégorie C qui permet par exemple à un agent non soignant de suivre une formation rémunérée pour devenir aide-soignant.
- La prolongation de la période transitoire de réflexion liée à l’intégration dans la fonction publique. La loi prévoit six mois pour choisir d'entrer dans la fonction publique et rester contractuel de droit public. Clara de Bort prolonge ce période transitoire. Elle donne également la possibilité d’user ce qu’elle nomme le droit au remord : des personnels peuvent alors revenir sur leur choix… et ainsi préférer un licenciement.
 

Sur le même thème

  • santé

    Reprendre des études pour devenir infirmière

    A 38 ans et 40 ans, elles ont décidé de prendre un nouveau départ professionnel. Solange et Paulette, mères de famille, ont entamé des études d'infirmière en septembre 2018. Étudiantes à l'Institut de soins infirmiers de Cayenne, elles ont choisi d'effectuer leur premier stage pratique à Saint-Laurent du Maroni. Solange était au service d'Hospitalisation à Domicile (HAD) et Paulette au service de médecine du Centre hospitalier de l'Ouest Guyanais. Quatre semaines qui ont forgé leur volonté d'être au service des autres.

  • santé

    Grève au CHK : une nouvelle rencontre a eu lieu entre les grévistes et la directrice de l'ARS

    La rencontre a finalement eu lieu ce jeudi après-midi entre l’UTG et la nouvelle directrice de l’ARS. C'est  au siège de l’Agence régionale de la Santé qu'elle a eu lieu. Les négociations n’ont pas repris pour autant. Les relations sont toujours tendues.

  • santé

    Grève au CHK : les salariés manifestent devant le siège de l'ARS

    L’UTG ne décolère pas après le rendez vous manqué de mardi entre l’Agence régionale de Santé, la direction de l’hôpital de Kourou et les grévistes. Le syndicat est venu le dire de manière très symbolique ce matin à la directrice de l’ARS.

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play