guyane
info locale

Guyane : le président de la collectivité attend la feuille de route après sa rencontre avec Emmanuel Macron

social
Rodolphe Alexandre reçu à l'Elysée le 26 juin par Emmanuel Macron
Rodolphe Alexandre reçu à l'Elysée le 26 juin par Emmanuel Macron. ©Michel Euler / POOL / AFP
Le plan d’urgence pour la Guyane, les hydrocarbures, la “Montagne d’Or” : plusieurs sujets ont été abordés ce lundi 26 juin lors de la rencontre entre le chef de l'Etat, Emmanuel Macron et le président de la Collectivité Territoriale, Rodolphe Alexandre.
Deux mois après le mouvement social qui a paralysé la Guyane, Rodolphe Alexandre, président de la collectivité territoriale de Guyane (CTG), reçu par Emmanuel Macron lundi 26 juin, a expliqué en sortant qu'il attendait une "feuille de route" pour le territoire.

"Je repars satisfait de ce que j'ai entendu, il restera au Premier ministre à mettre (en place) cette feuille de route sur les différents éléments que nous attendons : le plan de relance, pour lequel les Guyanais se sont mobilisés et qu'ils attendent, la stratégie financière de la CTG, qui ne dispose pas de suffisamment de financement budgétaire pour répondre à ses compétences, et la question des hydrocarbures”, a-t-il déclaré.

Les hydrocarbures 

Il a aussi indiqué que sur la question de l'exploitation des hydrocarbures au large de la Guyane, "les acquis semblent être préservés", sans davantage de précisions.
 
Vendredi, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, a annoncé une loi qui interdirait toute nouvelle recherche d'hydrocarbures, mais sans toucher aux permis déjà acquis, alors que Emmanuel Macron avait clairement envisagé en février de mettre fin aux permis outre-mer, en premier lieu au large de la Guyane.

La “Montagne d’or” ? 

Le sujet de l'exploitation minière a aussi été abordé et "fera l'objet d'un débat très sensible", a-t-il dit sans vouloir en dévoiler davantage. Un projet d’extraction aurifère à grande échelle en Guyane, dit la "Montagne d'or" est actuellement critiqué par plusieurs associations locales et nationales, qui dénoncent les risques de pollution.

Le plan d’urgence

Emmanuel Macron, dont c'était la première rencontre avec des responsables d'une collectivité d'outre-mer depuis son élection, “a parfaitement compris les problématiques de la Guyane et donnera à chaque ministre les moyens d'y répondre", a ajouté Rodolphe
Alexandre.

Il a aussi souligné avoir évoqué avec le président le plan d'urgence convenu après le conflit d'avril dernier. "Nous partons avec beaucoup d'espoir pour le peuple de la Guyane", a-t-il conclu.
                
Rodolphe Alexandre rencontrera mardi le Premier ministre, une rencontre "plus technique, en particulier sur la question du RSA et des investissements de la collectivité”, a-t-il indiqué, évoquant aussi de manière "imminente" le projet d'Assises de l’Outre-mer, promis par Emmanuel Macron pendant sa campagne.

Un mouvement social avait paralysé la Guyane en mars-avril, débouchant sur la signature d'un accord entre l'État, les élus et le collectif qui pilotait la mobilisation, par lequel le gouvernement avait acté un plan d'urgence de 1,08 milliard d’euros et pris acte de la demande de 2,1 milliards d'euros supplémentaires formulée par le collectif "Pou la Gwiyann dékolé" (pour que la Guyane décolle).
Publicité