publicité

Histoire d’une réussite : la filière œufs de Guyane

La filière œufs est la seule à couvrir l’ensemble des besoins guyanais. Aucun œuf n’est importé et 2/3 des œufs consommés chaque année sont issus des cheptels d’opérateurs agréés. La coopérative avicole et cunicole de la Guyane est à l’origine de ce  succès.

Un élément de la chaîne de conditionnement des oeufs de la CACG © Laurence Tian Sio Po
© Laurence Tian Sio Po Un élément de la chaîne de conditionnement des oeufs de la CACG
  • Laurence Tian Sio Po
  • Publié le , mis à jour le

18 à 20 millions d’œufs consommés chaque année en Guyane


La CACG (coopérative avicole et cunicole de la Guyane) rassemble 17 éleveurs et commercialise près de 8 millions d’œufs  sur les 18 à 20 millions consommés chaque année en Guyane. Parmi ces 17 éleveurs : Orlando Lomé et sa femme Martha. Originaires de Grand-Santi, Orlando Lomé et sa femme Martha se sont lancés dans la production d’œufs il y a une dizaine d’années. Orlando Lomé possède 1 500 pondeuses. Elles lui donnent en ce moment plus 900 œufs par jour.
Mais depuis un peu plus d’un an, ils n’en vendent plus qu’une poignée au marché de Saint-Laurent car ils ont adhéré à la coopérative avicole et cunicole de Guyane.
Cela leur permet d’éviter la concurrence trop rude du marché informel précise Orlando Lomé :

 « Il y a beaucoup de concurrence via Albina. Les marchands sont moins chers que nous .Quand je vends à la coopérative, elle prend toute ma production. C’est mieux. »


De nouveaux adhérents en fonction de la demande


La coopérative avicole et cunicole de Guyane apporte aussi un appui administratif et surtout technique pour permettre aux éleveurs de se moderniser et d’être plus productifs.

Au total, 17 éleveurs comme Orlando Lomé sont adhérents de cette coopérative et 17 autres espèrent le devenir un jour comme Johan Anzala, technicien avicole et cunicole (Paysans de Guyane) :

« Sur les trois dernières années, cela représente une moyenne de trois nouveaux adhérents .Un chiffre qui prend en compte le marché .On fait entrer de nouveaux adhérents en fonction de la demande »



C’est à Dégrad –des-Cannes que sont conditionnés les œufs des adhérents de la coopérative. Chaque semaine, 170 à 180 000 œufs  sont traités sur cette calibreuse. Mozes Asee, chef d’atelier  précise que cette calibreuse va être changée.La coopérative va alors passer à une production de 250 000 œufs par semaine. Ces investissements répondront à l’augmentation de la population et donc de la consommation.

Sécurisation de la filière


En 2015, la coopérative avait commercialisé 4,7 millions d’œufs.  Cette année, elle en a déjà vendu 8 millions.
La filière œufs est la seule à couvrir l’ensemble des besoins du territoire guyanais.
18 à 20 millions d’œufs sont consommés chaque année en Guyane, mais tous ne proviennent pas des 3 centres de conditionnement agréés annonce Pascal Fricker, directeur de Paysans de Guyane et de la CACG :

« Il ya un tiers de la production d’œufs en Guyane, dont la provenance est inconnue et qui se retrouve sur les marchés. On ne sait pas comment s’adapter. Cela peut générer des surproductions ou des sous productions »



Pour sécuriser la filière, un accord interprofessionnel, existant depuis 2 ans, vient d’être étendu.
Il garantit la commercialisation de plusieurs millions d’œufs auprès de l’ensemble des 22 grandes et moyennes surfaces de Guyane.

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play