publicité

Intoxication au plomb : le couac sous surveillance

Un séminaire dédié aux travaux scientifiques des jeunes médecins et chercheurs de Guyane s'est tenu le 29 novembre à Cayenne. Au cœur des débats : les pathologies infectieuses et émergentes. En Guyane, les cas d’intoxication au plomb par le couac (semoule de manioc) seraient nombreux.

La farine de manioc appelée couac en Guyane © guyane 1ère
© guyane 1ère La farine de manioc appelée couac en Guyane
  • Guyane 1ère
  • Publié le

Un taux de plomb quatre fois plus élevé qu’en Métropole


Les cas d’intoxication au plomb en Guyane sont nombreux, c’est un problème de santé publique. La situation est d’ailleurs surveillée de très près par les autorités sanitaires.
Diane Rimbaud médecin généraliste est à l’origine d’une étude sur l’intoxication au plomb en Guyane. Elle  rappelle  les résultats de ses recherches menées en 2013 sur les femmes enceintes dans l’Ouest guyanais.

« Les résultats de notre étude, démontrent qu’il y a une forte prévalence de l’imprégnation au plomb chez les femmes enceintes; Le taux est quatre fois plus élevé qu’en Métropole.»


Le couac consommé en grande quantité


Une situation préoccupante, d’autant plus que ce phénomène de saturnisme serait lié à plusieurs facteurs.
Mais le couac, qui fait partie des aliments communs sur le territoire, pourrait être à l’origine d’une grande partie de ces intoxications précise
Diane Rimbaud précise :

« Notre étude montrait que les taux élevés étaient retrouvés chez les personnes qui consomment du couac et du manioc quotidiennement. Cela ne veut pas dire que tous  les couacs sont contaminés »


Le manioc – à partir duquel est fabriqué le couac - mais aussi ses différentes préparations, font l’objet de plusieurs enquêtes. L’agence régionale de santé, l’ARS, indique par exemple qu’elle vient d’évaluer ce que coûterait le remplacement des râpes à manioc sur l’Oyapock, s’il est avéré que de tels outils peuvent participer à l’intoxication d’une partie de la population.
Enfin, les plombs de chasse pourraient également être en cause, avec la consommation du gibier.

Des effets dévastateurs


Les autorités sanitaires ont désormais mis en place une surveillance étendue  à l’ensemble de la Guyane. Pour les femmes enceintes, les effets de cette intoxication peuvent prendre la forme d’hypertension artérielle ou d’accouchements prématurés. Ces effets peuvent également être présents au niveau du fœtus.
Chez l’enfant, on observe des déficits du quotient intellectuel, dus au saturnisme.

Le reportage de Guyane 1ère

Sur le même thème

  • santé

    Journée mondiale de lutte contre le SIDA : la Guyane se mobilise

    Encourager le dépistage, c’est l’objectif de cette nouvelle Journée mondiale de lutte contre le Sida .De nombreuses actions auront lieu dans le département afin de sensibiliser l’opinion. Une journée d’actions organisée par la COREVIH, en partenariat avec l’ARS.

  • santé

    Deux cas de tuberculose dans un lycée de Kourou

    Un cas avéré et un cas probable de tuberculose ont été découvert parmi les élèves du lycée Gaston Monnerville de Kourou. Une réunion d’information s'est tenue sur le sujet dans l'établissement. Un dépistage sera pratiqué sur ces personnes d’ici quelques semaines.

  • santé

    Les enfants amérindiens empoisonnés par le mercure

    Depuis une vingtaine  d’années, des études montrent que 90 % des enfants amérindiens Wayanas présentent des taux de mercure  trop importants. Un empoisonnement du à une consommation des poissons contaminés. Des troubles du comportement chez les enfants sont observés.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play