guyane
info locale

Invi thé-café : Roberto Osseux le président de la Chambre de métiers dénonce une situation exsangue

artisanat
Roberto Osseux président de la chambre de métiers et d'artisanat de la Guyane
Roberto Osseux président de la chambre de métiers et d'artisanat de la Guyane
Roberto Osseux était l’Invi thé-café. Le président de la chambre de métiers et d’artisanat de la Guyane évoquait « l’opération Artisanat Outremer en colère ». 
Roberto Osseux était l’Invi thé-café. Le président de la chambre de métiers et d’artisanat a évoqué «  l’opération Artisanat Outremer en colère ». Cinq chambres entendent ainsi interpeller l’Etat sur la suppression de la taxe de cotisation foncière.  Une suppression qui représente un manque à gagner certain dans les caisses de l’assemblée consulaire.


Le coup d'éclat des chambres de métiers d'outre-mer

Roberto Osseux est un président de chambre de métiers déçu. Déçu car depuis des mois, il n’a de cesse de dénoncer les conséquences de la suppression par l’Etat de la taxe de de cotisation foncière des entreprises réalisant moins de 5 000 euros de chiffre d’affaires. Une mesure en faveur des petits artisans mais qui, pour la chambre de métiers représente un manque à gagner certain.
Déception également pour le président élu, face au silence assourdissant de l’Etat : « Le silence de l’Etat et de Bercy  nous interpelle, nous voulons démontrer que les chambres de métiers d’outre-mer sont en colère. On fait une action forte »

Aussi l’opération, une opération « Artisanat Outremer en colère» se veut être une action forte et unitaire des cinq assemblées consulaires concernées : Guyane, Guadeloupe, La Réunion, Martinique, Mayotte. Dans le budget d’une chambre, les recettes générées par la taxe de frais représentent près de 20% à 70% de la totalité du budget de fonctionnement :« Le manque à gagner représente 70% de nos recettes. Nous ne pouvons plus fonctionner. Nous devons former nos artisans, promouvoir notre artisanat, créer des emplois... Comment nous allons faire avec un budget amputé de 70% ? »

Les chambres de métiers ont un rôle important dans le secteur privé et artisanal. Aujourd’hui elles veulent des compensations de la part de l’Etat afin de pouvoir fonctionner dans des conditions anormales : « Si l’Etat aujourd’hui met des dispositifs d’aides aux artisans et dans le même temps nous empêche de fonctionner. Nous les élus on a renoncé à nos indemnités pour faire des économies. Nous voulons de compensations.  L’Etat n’a pas fait d’étude d’impact pour les outre-mer. »
 
Publicité