Iracoubo : l'attestation de motifs impérieux exigée au poste de contrôle, une nouvelle contrainte administrative pas toujours bien admise par les automobilistes

coronavirus
Contrôle au poste d'Iracoubo
Vérification de l'attestation de déplacement au poste de gendarmerie d'Iracoubo ©Jean-Gilles Assard

Parmi les mesures de lutte contre la propagation du virus de la Covid sur le territoire, le passage des points de contrôle de Régina et Iracoubo est possible en justifiant d’un motif impérieux. Une contrainte parfois mal acceptée par certains automobilistes à Iracoubo.

Voilà 28 ans que le barrage d’Iracoubo existe. Ce poste de contrôle fait aussi partie du dispositif anti-covid depuis 2020. S’il n’y a plus de prise de température, il faut malgré tout avoir un motif impérieux pour se rendre vers l’ouest ou l’est et présenter son attestation de déplacement. Mise en place pour lutter contre la propagation du virus de la Covid, il a fallu un temps d’adaptation pour les automobilistes. Lieutenant Emmanuel Palardy, Escadron 15/7 Sarreguemines :

Les deux premiers jours cela a été un peu difficile mais maintenant les automobilistes ont pris conscience de la nécessité de présenter cette attestation par rapport au contexte actuel. Il y a moins de passages. On peut diviser par deux ce que l'on voit habituellement.


Malgré cette baisse des passages ceux qui circulent acceptent la règle.

Ce sont les dispositifs et procédures pour essayer de lutter contre le covid, on accepte!

 Ils font leur travail et moi aussi je fais le mien. Je suis à jour cela ne me gêne pas!

 

Un poste de contrôle qui a aussi ses opposants


Mais depuis 1992, année de son installation,  le point de contrôle d’Iracoubo a ses opposants.

Si on peut encercler la base spatiale quand il y a une fusée, on peut bien encercler le Maroni et Saint-Georges de l'Oyapock également. La frontière ne doit pas se trouver ici mais à Saint-Laurent du Maroni. Ça me gêne énormément!


Face à ce mécontentement les autorités justifient la présence de ce point par son efficacité à combattre les trafics de tous genres. Au cours des 3 derniers mois 350kg de contre-façons mais aussi 14 kg de stupéfiants dont 7 kg de cocaïne ont été saisis.

Poste de contrôle d'Iracoubo : les motifs impérieux mal vécus.

 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live