Journée internationale des infirmières : pour une reconnaissance accrue du métier

santé
Mr Mathurin, infirmier libéral
©Guyane la 1ère
Les blouses blanches célébrées comme des héros de guerre. Ce 12 mai, c'était la 55e édition de la Journée internationale des infirmières qui revêtait  cette année une aura particulière. Dominique Mathurin, infirmier libéral à Cayenne, a effectué, avec nous, sa tournée habituelle chez ses patients.
 
Depuis le début de l’épidémie du Covid-19, l’armée discrète des 700 000 infirmières et infirmiers de France s’impose comme la première ligne de défense contre le virus, chaque jour au plus près des malades. En Guyane, maillon essentiel du système de santé, cette profession à risques doit faire face à des difficultés supplémentaires. Dominique Mathurin, infirmier libéral à Cayenne, espère davantage de reconnaissance et de moyens.


Soigner et informer

Se laver les mains, porter un masque, respecter la distance minimum. Dominique Mathurin énumère chaque jour à ses patients la liste des gestes barrières.
Gants, masques, gel sont devenus les alliés de l’infirmier pour ce nécessaire travail pédagogique. L’infirmier conseille sans dramatiser afin que le quotidien ne devienne pas un fardeau pour Roberto et ses parents.
Depuis 30 ans, ce professionnel de santé assure une mission de service public. Une mission rendue d’autant plus difficile avec l’épidémie de Covid-19 . 
En plusieurs décennies, Dominique Mathurin a vu le métier évoluer avec davantage de tâches administratives, des actes plus complexes, avant dévolus au médecin désormais confiés à l’infirmier, comme les ponctions artérielles, les soins de chimiothérapie. La difficulté majeure de la pratique infirmière en Guyane : des cultures très différentes des patients.

... Nous avons à leur apporter l’information mais l’information précise qui concerne tous les risques en fonction des habitudes qu'ils ont et qui sont très différentes ...


Quant aux nouvelles cotations en vigueur à la Sécurité Sociale, la prime présidentielle de 800 euros. Des annonces qui laissent Dominique Mathurin sceptique. Comme beaucoup de confrères, il attend davantage pour la revalorisation et la reconnaissance de son métier :

... ce que nous avons pour l’instant nous le prenons mais si on pouvait encore négocier sur certains aspects pour en avoir plus ...


Derniers conseils, à Roberto. Un au revoir en suivant le bon exemple et Dominique peut reprendre sa tournée quotidienne. Avec un message simple pour tous les Guyanais : se laver les mains durant 30 secondes.
Journée internationale des infirmières