guyane
info locale

Journées des peuples autochtones : le concours de chant en langues amérindiennes

peuples autochtones
Journées des peuples autochtones : le concours de chant en langues amérindiennes
©S. Deie
Dans le cadre de la journée des peuples autochtones Place des Palmistes à Cayenne, se déroulait samedi soir, un concours de chants amérindiens. Sur scène, tous styles de musique, la seule condition étant l’interprétation en langues amérindiennes.Il s’agissait de la 1ère édition de ce concours. 
De plein pied dans la modernité et la musique qui la caractérise. Sur scène, ces jeunes amérindiens enchaînent les styles musicaux et enflamment la scène et l’assistance.13 artistes pour la 1ère édition de ce concours de chants amérindiens dont la seule condition est de chanter en langues amérindiennes. Les candidats viennent de différentes communes de Guyane, ont parfois fait une longue route et ont tous un message à délivrer.
Un artiste :

"Il y a beaucoup de messages que nous envoyons pour tous les peuples de Guyane, nous voulons plus d'amour, plus d'amitié, pour tous les jeunes. nous avons fait un périple de 3 jours car nous venons de Maripasoula"

" On s'est bien amusé, il n'y avait pas de compétition entre nous; j'ai interprété Céline Dion car c'est une chanteuse que j'aime bien."

Pari tenu pour cette première qui dit viser la cohésion et l’expression de la jeunesse amérindienne.
Claudette Labonté, présidente fédération Pary Kweneh de Guyane :

"L'esprit du concours, c'est de pouvoir rassembler les jeunes et que tous ces jeunes s'approprient ces journées internationales des peuples autochtones. C'est aussi leur permettre de s'exprimer à cette occasion par le chant."

Une première qui récompense tous les participants.
Claudette Labonté :

"Les 3 gagnants gagnent 1000 euros et après c'est dégressif jusqu'au 13ème.Plusieurs organisations ont participé en s'associant à ce projet pour valoriser la langue autochtone."

Difficile donc désormais d’envisager les journées des peuples autochtones sans ce rendez-vous qui, il faut bien le reconnaître, a attiré le public.
Publicité