Kourou : visite d'une délégation brésilienne au centre spatial Guyanais

sciences
Kourou : visite d'une délégation brésilienne au centre spatial Guyanais
©J.G Assard
Et si le Brésil devenait un concurrent de l’Europe sur le marché du lancement spatial ? Cela pourrait devenir réalité si nos voisins acceptaient de louer aux américains la base d’Alcantara située sur l’équateur. Depuis hier une délégation de parlementaires visite la Guyane et le centre spatial.
Et si le Brésil devenait un concurrent de l’Europe sur le marché du lancement spatial ? Cela pourrait devenir réalité si nos voisins acceptaient de louer aux américains la base d’Alcantara située sur l’équateur. Depuis hier une délégation de parlementaires visite la Guyane et le centre spatial afin de mieux appréhender les questions liées à son exploitation. Ils sont députés et sénateurs du Brésil. Ils sont attentifs aux propos de Bruno Gérard le Directeur d’Arianespace en Guyane. Les questions fusent de toutes parts.
Kourou : visite d'une délégation brésilienne au centre spatial Guyanais
©J.G Assard
Ils veulent tout savoir sur la base spatiale, son impact, ses avantages et ses inconvénients.  Dans le sillage de Marcos Pontes, le ministre en charge du secteur, l’enjeu est d’adopter la convention de mise à disposition de la base d’Alcantara pour les américains. Le CNES est-il en train de mettre le loup dans la bergerie ?
Kourou : visite d'une délégation brésilienne au centre spatial Guyanais
Didier Faivre, directeur du centre spatial guyanais ©J.G Assard
Didier Faivre, Directeur du Centre Spatial Guyanais - CNES : 

" On a l'impression d'accueillir des amis et des voisins, on travaille avec le Brésil depuis des années. On est à la station Natal et le Brésil est un pays avec lequel nous entretenons une excellente coopération."

Dans les 2 camps, le sourire est de rigueur. Le Brésil a déjà confié 12 satellites à Arianespace, c’est donc un bon client. Un client qui pour l’heure reste humble. 
Carlos Moura, Président de l’Agence Spatiale Brésilienne :

" C'est une option logique, j'ai confiance, j'espère que les parlementaires feront le bon choix, je suis sur que cela fera du bien pour l'Alcantara, pour le Maranhao et tout le pays. La logique va prévaloir"

Conquis par ce qu’ils ont découvert certains parlementaires ont d’ores et déjà fait leur choix même s’ils demeurent attentifs à l’aspect humain de la question.
Jean Paul Prates Sénateur de l’Etat de Rio Grande Do Norte :

" Je suis d'un parti de l'opposition à celui de Monsieur Bolsonaro, mais tant que l'on puisse vérifier que c'est bien pour le pays, on aura à voter favorablement."

Pour l’heure rien n’est encore fait. Construire une base nécessite d’importants moyens technologiques et financiers. Le centre spatial Guyanais a encore de beaux jours devant lui, à condition qu’Ariane 6 s’impose sur le marché. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live