L'économie guyanaise en 2020 : l'INSEE publie un bilan de conjoncture en demi-teinte

économie
Cayenne
©Patrick Nègre
L’INSEE publie son bilan de conjoncture pour l’année 2020. Sans surprise la crise sanitaire a eu des conséquences sur l’économie, mais selon les chiffres, les dispositifs d’aide gouvernementale notamment ont permis d’amortir le ralentissement de l’activité.

L’INSEE publie son bilan de conjoncture pour l’année 2020. Sans surprise, la crise sanitaire a eu des conséquences sur l’économie, mais selon les chiffres, les dispositifs d’aide gouvernementale ont permis d’amortir le ralentissement de l’activité. En 2020, la Guyane n’est pas épargnée par les conséquences de la pandémie mondiale. Le PIB (produit intérieur brut) enregistre une baisse de 4 %. Seulement selon l’INSEE, la crise aurait pu avoir des répercussions plus graves sur l’économie guyanaise. Les mesures gouvernementales ont en majorité maintenu l’emploi, et le service public demeure l'employeur le plus important du territoire. Durant le 1er confinement de mars à avril, le recul de l’activité est estimé à 25 %. Le dispositif de chômage partiel a concerné jusqu’à 39 % des travailleurs en Guyane.

L'épargne des ménages en hausse 

déchargement des containers par les dockers du GPM de la Guyane
Activités toujours soutenues sur les quais du port de Degrad Des Cannes, en Guyane ©Jocelyne Helgoualch

L’emploi salarié a augmenté de 1,5 %, mais moins vite qu’en 2019 + 4 ,4 %. "Au total, ce sont 800 emplois qui sont créés en 2020, essentiellement dans le secteur tertiaire non marchand. Le secteur privé, qui représente un peu plus de la moitié des emplois, en a créé 140." La baisse des prix de l’énergie a entraîné une diminution générale des prix à la consommation qui augmentent de 0,6 %. En revanche, la consommation des ménages est en régression au profit de l’épargne des ménages en hausse de 14 %. "Le trafic global du Grand Port Maritime de Guyane (GPMG) est en hausse de 2,4 %. Les importations qui représentent 88 % du trafic portuaire du GPMG sont en hausse de 2 % ".

Restaurants, tourisme et loisirs des secteurs sinistrés

Tourisme

Cependant, les restaurants, activités culturelles ou les loisirs n'ont pas été préservées. Les restrictions de déplacement induites par la crise sanitaire ont pour principale conséquence la baisse de l'activité touristique. Un secteur, mis à mal également par les mesures de couvre-feux, empêchant le tourisme local." Au 2e trimestre 2020, plus de 60 % de salariés étaient en situation d’activité partielle. Autre conséquence le trafic de passagers global à l’aéroport Félix Éboué est de 267 650, en baisse de 52 % par rapport à 2019."

Sept lancements de fusée ont été effectués depuis Kourou. "Le calendrier initial prévoyait une activité soutenue avec 8 lancements au 1er semestre 2020. Le chantier de construction de la zone de lancement d’Ariane 6 s’est poursuivi. "

Note de conjoncture à lire ici