L'hôpital privé Saint-Gabriel dans la tourmente, après une nouvelle inspection de l'ARS, sur la base d'une lettre anonyme

santé
Clinique Saint Gabriel
©C Séraphins George

Climat de tension à l’hôpital Saint-Gabriel. La direction de la clinique privée se plaint des contrôles opérés par l’autorité de tutelle, l’Agence régionale de santé. La direction s’interroge sur ce qui motive ces agissements. 

Climat de tension à l’hôpital Saint Gabriel route de Baduel à Cayenne. La direction de la clinique privée se plaint des contrôles opérés par l’autorité de tutelle, l’Agence régionale de santé. Des contrôles règlementaires affirment l’ARS mais vécus dans leur forme par l’établissement comme un acharnement. La direction s’interroge sur ce qui motive ces agissements alors même que l’établissement coopère régulièrement avec l’hôpital de Cayenne dans le cadre d’une convention dont la signature est soumise à des conditions strictes.

Un courrier anonyme

A l’origine du mal-être, un courrier anonyme qui dénoncerait plusieurs disfonctionnements au sein de la clinique. Ce courrier serait parvenu à l’ARS qui dimanche soir décide d’une inspection.

Nous avons eu l'information lundi matin pour se préparer mardi. Des pièces justificatives très importantes ont été demandées. Cette inspection a duré deux jours  

Elisa Lheureux, coordinatrice de la communication et des projets

 

Le personnel s'interroge

Clinique Saint Gabriel
©C Séraphins George

Un personnel aujourd’hui fuyant mais pas démotivé, anxieux cependant, c’est comme cela que le ressentent les médecins.

Ce n'est pas démotivant, ce sont des professionnels rigoureux. Je pense que c'est plus une inquiétude liée à l'avenir de la clinique à laquelle la direction et les cadres n'ont pas de réponse. Ce n'est pas démotivant, ce sont des professionnels rigoureux. Je pense que c'est plus une inquiétude liée à l'avenir de la clinique à laquelle la direction et les cadres n'ont pas de réponse

Dr Karim Boubenider néphrologue, coordinateur du service médecine chirurgie clinique Saint Gabriel

Car la clinique attend encore le rapport d’une inspection conduite en décembre dernier. Celle de ce début de semaine a été menée par une dizaine de personnes, dans les locaux et auprès du personnel. Une inspection appuyée alors même que l’établissement coopère régulièrement avec le centre hospitalier de Cayenne sous la forme de mises à disposition de personnels, d’équipements et d’installations. La clinique Saint Gabriel reconnaît avoir des difficultés financières mais dément toutes négligences et affirme poursuivre ses investissements dans la mesure de ses possibilités. Elle envisage de déposer plainte pour diffamation.