L'Université de Guyane célèbre les femmes d’exception

éducation
Université

L’Université de Guyane pour la première fois organisait un évènement à l’occasion du 8 mars. A cette occasion, la journée s’est articulée autour de rendez-vous mettant en avant l’action des femmes dans l’établissement, dans le quotidien et dans l’Histoire. 

Pour aborder la question des droits des femmes, conférences, expositions et ateliers. C’est la 1ère fois que l’Université de Guyane accorde une telle dimension à la journée du 8 mars et c’est la directrice des ressources humaines qui en est à l’initiative.

Il nous a paru intéressant de mettre en avant les travaux de nos chercheurs, nous avons également mis en avant entrepreneuriat au féminin

Valérie Robinel directrice des ressources humaines et des moyens à l’université de Guyane

 

D'autres mouvements moins connus

Cette journée, l’occasion de découvrir des textes qui mettent en lumière les points aveugles des mouvements féministes dominants. Des mouvements occidentaux, blancs qui n’ont pas intégré les femmes de la diversité.

.Il faut aussi connaître les mouvements de femmes plus minoritaires, moins connus, qui se sont battus pour des causes communes

Tina Harpin maître de conférence en littérature comparée à l’université de Guyane

 

Une carrière exemplaire

Dans l’amphithéâtre, aux côtés des étudiants, des femmes du personnel de l’Université mises en valeur pour leur parcours et leur investissement. Parmi elles, Nicole Clément 32 ans de carrière dans la structure.

Il y a une amélioration. Beaucoup de femmes occupent des postes à responsabilité. J'attends la 1ere femme présidente d'Université en Guyane

Nicole Clément conservatrice en chef de bibliothèque à l’université de Guyane

En attendant cet heureux jour, l’Université de Guyane marque un bon point avec un effectif qui compte une majorité de femmes, elles représentent 56% du personnel.

Le reportage de Clotilde Séraphins George : 

Droits des femmes : l'université met en lumière des femmes engagées.