Le Centre hospitalier universitaire devrait voir le jour en 2025, en attendant l'Etat améliore l'offre de soins en Guyane

santé
Ministère de la Santé
Ministère de la Santé ©Ludovic MARIN / AFP

Le rapport sur l’amélioration de l’offre structurelle de soins en Guyane est rendu public. Sa restitution a eu lieu cet après-midi en présence de Sébastien Lecornu, Olivier Veran, Frédérique Vidal et d’élus et d’acteurs hospitaliers. Le CHU devrait voir le jour en 2025.

Le rapport de la mission d’inspection interministérielle sur l’amélioration de l’offre structurelle de soins en Guyane est rendu public. Sa restitution a eu lieu cet après-midi en présence de Sébastien Lecornu, Olivier Veran, Frédérique Vidal et d’élus et d’acteurs hospitaliers et de la recherche. Une restitution qui s'est déroulée à l'hôtel de la Collectivité territoriale. En clair, le CHU devrait voir le jour en 2025.

39 recommandations

Trois ministres en visio conférence, pour présenter le rapport de la mission d’inspection interministérielle sur l’amélioration de l’offre structurelle de soins en Guyane. Un rapport né « des Accords de Guyane du 21 avril 2017 », préconisant la création d’un CHU en Guyane, conséquence également de la grave crise sanitaire traversée par le pays il y a encore quelques mois. Le déficit en matière d’offre de soins était critique. Résultat : 39 recommandations formulées par une mission le 29 juillet dernier. Les ministres se sont engagés à élaborer d’ici 6 mois un plan opérationnel santé Guyane à 5 ans, afin de déboucher sur la création d’un Centre hospitalier universitaire en Guyane d’ici 2025.

Train de mesures

Les ministres ont également fait une série d’annonces concrètes  pour améliorer l’offre de soins en Guyane « le doublement des capacités d’hospitalisation en soins critiques d’ici 2024,  la transformation d’ici 2022 de 3 Centres délocalisés de prévention santé (CDPS) à Maripasoula, Grand Santi et SaintGeorges de l’Oyapock ». En ce qui concerne les recrutements, dès la rentrée universitaire 2021, des postes de soignants et de chercheurs vont être créés, tandis que le nombre d’étudiants guyanais reçus en filières santé sera augmenté de 16 % .

Sébastien Lecornu
Sébastien Lecornu, ministre des Outremer a crispé les élus mahorais en leur demandant de faire le bilan de la départementalisation et pour n'être jamais venu en visite officielle sur l'île, alors qu'il est passé à Maurice et à La Réunion. ©THEO ROUBY / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

 Ce rapport nous offre désormais une méthode précise pour aboutir à la création d’un CHU d’ici 2025… Je souhaite que ses recommandations soient étudiées avec les collectivités et les professionnels de santé, afin d’élaborer ensemble un plan santé Guyane 2025.

Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer 

 

Un plan sur 5 ans

Par ailleurs «  dès la rentrée universitaire 2022, les entrées dans les instituts de formation d’aides-soignants seront doublées et les entrées dans les instituts de formation de soins infirmiers augmenteront de 20 %. En complément, en matière de recherche universitaire,  une plateforme…. Elle sera le bras armé en Guyane de la Stratégie nationale d’accélération du 4ème plan d’investissement d’avenir Maladies Infectieuses Emergentes (MIE) – Menaces Nucléaires Radiologiques Biologiques et Chimiques »

Olivier Véran au sénat
©Daniel Pier / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Le plan santé Guyane 2025 nous amènera jusqu’à la constitution du CHU de Guyane et j’en suis heureux…nous allons renforcer les soins critiques en Guyane pour permettre de développer en priorité une prise en charge des infarctus et des AVC. Les Guyanais doivent bénéficier de soins spécialisés de qualité en Guyane, chez eux.

Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé

Ce plan Santé Guyane 2025 sera financé dans le cadre de l’enveloppe de 138M€ accordée à la Guyane dans le cadre du Ségur de la Santé et pourra également bénéficier des actions financées par l’accord de relance signé le 15 mars 2021 entre l’Etat et la Collectivité territoriale de Guyane. Enfin un directeur de projet, qui coordonnera la mise en œuvre de ce plan, sera nommé auprès de la directrice générale de l’Agence régionale de santé de Guyane, d’ici les prochaines semaines.