publicité

Législative partielle : la campagne est lancée

La campagne électorale est lancée. Les 4 et 11 mars va se dérouler la législative partielle. Il s'agit d'élire le député de la 2ème circonscription. 39422 électeurs sont attendus aux urnes. Ils doivent choisir entre 8 candidats. Les premiers meetings se sont tenus ce week-end.

Vue aérienne de Saint-Laurent du Maroni © Eric Léon
© Eric Léon Vue aérienne de Saint-Laurent du Maroni
  • Par Marie-Claude Thébia
  • Publié le , mis à jour le

Huit candidats au 1er tour 


Huit candidats sont en lice pour le siège de député de la 2ème circonscription. Jérôme Harbourg (Front National), Davy Rimane (France Insoumise), Lénaïck Adam le député sortant (Guyane Rassemblement et La République En Marche), David Riché maire de Roura et président de l’Association des maires (Parti Socialiste Guyanais), Richard Joigny,(Parti progressiste guyanais et de Guyane alternative). José Makébé, lui est sans étiquette ainsi que Jean Philippe Dolor, enfin Georges Mignot (l’Union Populaire Républicaine). L’élection législative partielle de la 2ème circonscription aura lieu les 4 et 11 mars.
Huit candidats en campagne qui doivent convaincre, interpeller leurs électeurs, afficher leurs soutiens et se positionner au cœur de l’échiquier politique guyanais.


Sur le terrain 


José Makébé , David Riché et Davy Rimane se sont montrés très actifs ces derniers jours. Ils ont tenu leurs premiers meetings afin de fédérer et rassembler autour de leur programme. La deuxième circonscription est un immense territoire découpé en 14 communes. De Macouria à Awala, en passant par Kourou, ces communes présentent des inégalités criantes tant au niveau de la mixité des populations qu’en terme de développement. Les enjeux sont donc capitaux pour le futur député. En 2020, Saint-Laurent chef lieu de la 2ème circonscription, avec un taux démographique explosif, sera la ville la plus peuplée de Guyane. Les candidats ont donc jusqu’au 3 mars au soir pour rassembler et fédérer autour d’eux et de leurs programmes.


José Makébé mise sur la proximité


"40 mille guyanais n’ont pas d’eau potable en Guyane. C’est normal? J’ai envie de participer au renouvellement de la classe politique pour me battre réellement pour mon pays."


Une phrase choc pour interpeller, attirer l’attention. José Makébé donne le ton. Il a été l’un des premiers à exprimer son souhait de se présenter. Chef d’entreprise, âgé seulement de 30 ans, depuis trois mois, il dit avoir déjà rencontré dix mille personnes. Vendredi dernier, il arpentait avec son colistier les allées du marché de Saint-Laurent pour inlassablement persuader les électeurs.
José Makébé se présente sans étiquette. Il se dit centriste et guyanais avant tout. Son programme est axé sur la réduction des différences au sein de la circonscription.

"Nous sommes des activistes du droit humain. C’est normal que la voix du peuple se mette au service de la population"


ajoute Jocelyn Thérese son suppléant, tête de liste de l’opposition au conseil municipal de Mana, un soutien de poids.

Le reportage de Guyane la1ère

David Riché mise sur la réduction des inégalités


Il avait beaucoup hésité au 1er tour de la législative partielle, pour finir par retirer sa candidature. Cette fois ci, c’est la bonne car David Riché soutenu par le Parti Socialiste Guyanais a décidé de se présenter et d’être le troisième homme de cette élection. Le maire de Roura, président de l’association des Maires a choisi Saint-Laurent pour lancer sa campagne. Devant un parterre d’électeurs et de soutiens acquis à sa cause, il affiche ses ambitions :

"En tant que député, je veux réduire les inégalités avec l’hexagone. Chaque guyanais doit avoir les mêmes chances qu’un parisien, sur tous les plans : la santé, l’aménagement, le développement."


De nombreuses personnalités avaient fait le déplacement pour le soutenir dont Tati Léodate présidente de l'association "Fanm Dibout":

"Quand je vois David Riché, je vois un Castor ou un Othily. Il en est l’incarnation"


ou encore José Gaillou ardent défenseur de l'environnement 

   
"Je pense que c’est le meilleur que nous avons actuellement .Il faut mettre les bonnes personnes aux bonnes places"


 


Le reportage de Guyane la1ère

 

Démonstration de force pour Davy Rimane



Davy Rimane lui a choisi Kourou dont il est originaire pour lancer sa campagne. L’homme par qui le scandale est arrivé - il est à l’origine du recours déposé au Conseil constitutionnel qui a invalidé l’élection- a montré que le temps lui était favorable. De nouveaux soutiens de poids, un parterre d’électeurs conquis, Davy Rimane a montré qu’il avait lui aussi, une organisation de campagne et des hommes forts pour le soutenir : Le maire de Saint-Laurent Léon Bertrand, l’accompagne cette fois encore ou
Gabriel Serville, le député de la 1ère circonscription cette fois, affiche clairement sa préférence :

"Je n’ai pas pu le soutenir avant car j’étais moi-même candidat .Aujourd’hui j’entends montrer clairement mon soutien."


Léon Bertrand maire de Saint-Laurent  confirme  : 

"Pendant six mois, on a vu comment l’autre candidat a fonctionné. Je renouvelle mon soutien à Davy Rimane."


De son côté Davy Rimane est confiant. L’un des leaders charismatiques mouvement social de Mars Avril croit fortement dans l'exigence de sa candidature :

"Avec mon équipe, on est parti sur le partage, l’intelligence collective. Nous voulons ensemble mettre en exergue nos compétences pour une meilleure Guyane."



Le reportage de Guyane la 1ère
La campagne est donc lancée. Les meetings devraient se succéder. Il ne reste que deux semaines avant le 4 mars, le 1er tour de la législative partielle. 













1 519 053 817

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play