Les lycéens de Guyane se mobilisent pour dénoncer la forte circulation du Covid-19 dans leurs établissements

éducation
Grève lycéens

Le monde de l’éducation en ébullition. La CTG a annoncé la fermeture de certains établissements scolaires à partir de lundi prochain. Les conséquences de l’épidémie de Covid-19 sur la communauté scolaire se font sentir.

Mobilisation des lycéens en série pour dénoncer la multiplication des cas, le manque de transparence du Rectorat, et les failles du protocole sanitaire. Au lycée Léon Gontran Damas de Rémire-Montjoly, à Melkior et Garré à Cayenne, mais aussi à Kourou et à Saint-Laurent, notamment aux lycées Bertène Juminer et Lumina Sophie, les appels à la mobilisation se sont multipliés. Des appels à la mobilisation ont circulé sur les réseaux sociaux, pour dénoncer les protocoles sanitaires dans les établissements. Les revendications sont les mêmes : plus de transparence, et plus de moyens pour lutter contre la pandémie. Les lycéens dénoncent des cas Covid qui ne sont pas signalés, le manque de gel hydroalcoolique… et l'absence de transparence de leur direction et du rectorat.

Saint-Laurent 

Lycée Saint-Laurent

Au lycée Bertène Juminer, ils étaient près de 200 devant les grilles refusant d’aller en cours. Ils demandent une plus grande transparence, et surtout un véritable protocole sanitaire. Des lycéens qui se disent aussi inquiets pour leurs examens. Neuf enseignants sont en droit de retrait, 5 classes fermées soit 150 élèves en isolement. Du coté du lycée Lumina Sophie, 10 classes sont fermées soit près de 300 élèves privés de cours.  

Il y a des élèves qui passent des examens, on veut savoir comment vont se dérouler les épreuves. Nous ne sommes pas vraiment satisfaits. J'ai l'impression que la situation n'a pas été prise en considération. 

Dawnalan Neman président de la maison des lycéens

 

Cayenne

Lycée Melkior Garre

Au lycée Melkior Garré, même combat. Ils se sont organisés grâce aux réseaux sociaux. Les lycéens se sont mobilisés devant l’établissement. Ils estiment faire les frais de la mauvaise gestion de la crise sanitaire par leur équipe encadrante.

La plupart des élèves qui sont là ce sont des élèves qui passent leur examen et qui disent Stop ! Avec l'absence des professeurs et le retard que nous avons eu à cause de la crise sanitaire, aujourd'hui on a une pression. On veut finir les programmes dans de bonnes conditions. 

Loonah Brayton élève en BTS au lycée Melkior Garre

 

Rémire-Montjoly 

Lycée Damas
©Pierre Tréfoux

Plus de 1 000 élèves sont  inscrits ici à Léon Gontran Damas. Neuf classes seraient fermées suite à des contaminations au Covid, la cantine aurait aussi été concernée. Impossible donc de se restaurer. Une cantine insalubre, des protocoles sanitaires plus respectés et des classes qui ferment suite à la détection de cas positifs à la Covid 19. Ils ont décidé de ne pas assister au cours et de manifester devant les grilles du lycée. Un mouvement soutenu par l’association Trop Violans, et par la Fédération des parents d’élèves de Guyane, la Fapeg. Les élèves envisagent de mener de nouvelles actions pour sensibiliser la direction de l’établissement et le public sur leurs conditions d'étude. Un conseil d’administration est prévu ce jour pour enfin entendre les doléances des élèves.

Reste aujourd'hui à savoir comment sera organisé l'enseignement, notamment pour le secondaire, si les établissements scolaires sont fermés comme le souhaitent les élus de Guyane.