Les réactions se succèdent pour honorer la mémoire de Stéphan-Phinéra décédé à l'âge de 88 ans des suites de la Covid-19

décès
Stéphan Phinéra-Horth

De nombreuses réactions suite au décès ce vendredi de Stéphen Phinéra-Horth à l'âge de 88 ans. Le président du Conseil général de 1994 à 1998 est mort après avoir été contaminé par la Covid-19. Ses proches et  ses amis politiques lui rendent un dernier hommage. 

Stéphan Phinera Horth est décédé ce vendredi à l'âge de 88 ans, des suites de la Covid-19. Depuis l’annonce de la nouvelle, les réactions d’anonymes, de personnalités et de proches se multiplient.  Parmi elles, celles de l’un de ses enfants, en l’occurrence sa fille, la sénatrice Marie-Laure Phinera Horth. "Un homme droit, un politicien qui l’a influencée dans son parcours. Il était son modèle". Elle se souvient des combats politiques intenses menés par son père. Marie-Laure Phinéra Horth revient sur ce qui restera pour elle d’ailleurs, son principal revers politique.

La réaction de Marie-Laure Phinéra-Horth.

 

Son action politique

Stéphan Phinera-Horth, a été président du Conseil Général de 1994 à 1998. Que faut-il retenir de son action politique ? Succéder à Elie Castor à la tête du conseil général n’a pas été aisée. Stephan Phinera-Horth s’y est attelé et a imposé sa vision de l’exercice politique. Un bilan positif pour certains plus nuancé pour d’autre. Dans la vie comme en politique il est rare de faire l’unanimité. Stephan Phinera-Horth le savait mieux que quiconque.
 

On a vite compris que Monsieur Phinéra voulait imprimer sa marque. Un certain nombre de dispositions mises en place par son prédécesseur n'ont pas été maintenues. Il considérait qu'il était important que le département respecte la marge de manœuvre imposées par ses compétences. C'était le grand débat à l'époque. 

André Néron ancien directeur général des services au Conseil général 


Antoine Karam se souvient

Président du conseil régional de 1982 à 2010 sénateur honoraire Antoine Karam  se souvient. Des rapports pas toujours consensuels admet Antoine Karam, mais les deux hommes se retrouvaient sur l’essentiel. 

C'était quelqu'un de très rigoureux, très dur avec lui-même. C'est sa formation syndicale qui l'emportait sur le reste. Nous avions chacun un rôle à jouer dans le pays, les différences se situaient au niveau des compétences. Cela a créé des tensions. Mais en fait c'est l'Etat qui une fois de plus nous séparait, on a fini par se retrouver. 

Antoine Karam président du Conseil régional de 1982 à 2010, sénateur honoraire

 

Le reportage d'Anthony Hilaire et Martial Gritte :

Décès de Stéphan Phinéra-Horth : réactions politiques.

D'autres réactions

Christiane Taubira, ancienne Garde des Sceaux et ministre de la Justice, salue les engagements politiques de l'homme et parle « d'une volonté aussi inébranlable que placide qui marque ses combats, syndicaux, civiques et politiques. » Réaction également de Rodolphe Alexandre… Le président de la CTG, « salue le parcours de celui qu'il considère être un modèle d'intégration et d'engagement notamment au sein du Parti Socialiste Guyanais »…