guyane
info locale

Littérature et société : la Guyane de Catherine Le Pelletier un essai sur la littérature Guyanaise d'hier à aujourd'hui

livres
Littérature et société
©MCT
« Littérature et société : la Guyane » c’est le titre d’un essai paru aux éditions Ibis rouge signé Catherine Le Pelletier. L’auteur s’interroge sur le sens de la littérature Guyanaise. Un récit fondateur destiné au grand public fruit d’une thèse de doctorat.
Littérature et société de Catherine Le Pelletier
©MCT
« Littérature et société : la Guyane », c’est le titre d’un essai paru aux éditions Ibis Rouge signé Catherine Le Pelletier. L’auteur s’interroge sur le sens de la littérature et des auteurs Guyanais des origines à aujourd’hui. Un récit fondateur, fruit d’une thèse de doctorat, qui recense et analyse les écrits Guyanais ou qui évoquent la Guyane.
La littérature c’est l’ensemble des productions littéraires d’un pays, d'une époque, d'un genre. Catherine Le Pelletier dans son essai se pose la question de savoir s’il existe une littérature Guyanaise. Et pour cela, elle a recensé tous les écrits Guyanais ou ayant pour cadre la Guyane, connus jusqu’à ce jour. 


Des origines à la Révolution Française

Littérature et société : Catherine Le Pelletier
©MCT
Les premières traces d’écriture sont les pétroglyphes des amérindiens. Les roches gravées disséminées sur le littoral sont des livres ouverts.
Puis, les explorateurs européens laissent au fil de leurs expéditions de nombreux témoignages sur la Guyane. Des textes emblématiques surgissent signés par Jean de Léry, Antoine Biet ou Bougainville. L’exemple le plus frappant est celui d’Olympe de Gouge. Cette femme a eu une vie extraordinaire, son sort et celui de sa famille sont liés à la Guyane. C’est le siècle des Lumières et cette écrivaine égérie, lutte contre les discriminations. L'abolition de l'esclavage deviendra l'un de ses combats. Cette lutte lui vaut persécution et rejet. Son fils Pierre sera envoyé en Guyane. Il est décédé et enterré à Macouria... Elle est l’auteur notamment de "Zamore et Mirza", une pièce créée en 1792 contre l’esclavage.
 

d'"Au bagne" aux "Terres noyées"....

Littérature et société : Catherine Le Pelletier
©MCT
Catherine Le Pelletier analyse également les textes d’Albert Londres, Blaises Cendrars et d’autres auteurs qui ont beaucoup contribué à donner à la Guyane une  image tronquée. Début 20è siècle apparaissent René Maran, Félix Eboué, Michel Lohier, Léon Gontrand Damas et René Jadfard qui par la qualité de leurs œuvres, donnent une nouvelle dimension à la littérature guyanaise. Enfin dernière époque...l'époque contemporaine, l’auteur décrypte les œuvres d'aujourd'hui. L’exemple d’Eunice  Richards Pillot, qui avec "Les terres noyées" paru aux éditions Ibis Rouge a écrit un véritable chef d’œuvre.


Des repères sur la littérature

littérature et société
©MCT
Dans son essai, Catherine Le Pelletier, évoque également le milieu de l’édition en amorçant une réflexion sur  les différentes mutations du livre. Un livre référence, destiné au grand public, aux étudiants et chercheurs qui permet d’explorer sur plusieurs siècles la littérature Guyanaise.
Catherine Le Pelletier
Catherine Le Pelletier ©MCT

Littérature et société : la Guyane aux éditions Ibis Rouge de Catherine Le Pelletier
Retrouvez la version vidéo : 

 
Catherine Le Pelletier auteur, journaliste , essayiste
Combien de temps vous-a-t-il fallu pour recenser, collecter les informations, et écrire cet ouvrage ?

CL :J'ai travaillé sur cet ouvrage pendant plusieurs années. Il s'agissait de s'interroger dans un premier temps sur l'existence de la  littérature de Guyane, avec un large corpus d'auteurs. Ensuite, est venu le temps de l'analyse. 

 -Pourquoi avoir choisi de travailler sur la littérature Guyanaise ?

CL : Mes travaux universitaires concernent la littérature de Guyane. Mais bien entendu, les frontières n'existent pas en littérature et je m'intéresse également aux auteurs d'autres horizons. Mais la Guyane manque d'outils analytiques dans plusieurs domaines, dont celui des Lettres. J'ai voulu apporter une contribution à sa connaissance. 
 

-Comment expliquez-vous qu’aucun auteur Guyanais contemporain , n’a été remarqué ou primé sur la scène du livre nationale et internationale ?

CL : La littérature est un art et sa perception est subjective. C'est un univers où les seuls diplômes sont ceux attribués par les lecteurs. Ceux-ci peuvent être influencés par un auteur qu'ils connaissent et qu'ils apprécient, mais aussi par un thème qui correspond à l'instant T de leur vie. Par ailleurs, le marketing est une réalité dans le milieu de l'édition. C'est souvent cet élément qui détermine le succès de tel ou tel ouvrage... Que manque-t-il selon vous aux auteurs ? Mais le miracle peut aussi arriver : celui où un lecteur rencontre un ouvrage et l'aime. Tout simplement. 

-Comment aujourd’hui pourriez-vous qualifier la littérature Guyanaise contemporaine ?

CL : La Guyane est un pays qui se construit à grande vitesse, elle entre de plain pied dans la modernité et aujourd'hui, comme dans de nombreuses autres régions, elle foisonne d'auteurs. Les littératures contemporaines de Guyane existent bel et bien, elles sont vivantes !

Son actualité :
"Sans fard : mélanges en hommage à Maryse Condé" presses universitaires
"Mes Afriques" de Paule Constant Gallimard 

 
Publicité