Matoury : portrait croisé de deux jeunes entrepreneurs du quartier de Balata

vos rendez-vous
Nathalie Harrow et Fabrice Shen deux entrepreneurs de Balata
Nathalie Harrow et Fabrice Shen deux jeunes entrepreneurs au quartier de Balata ©Guyane la 1ère
Deux jeunes ont crée leur propre activité économique dans le quartier dit sensible de Balata, c'était il y a un an. Nous nous sommes demandé comment avaient  évolué ces entreprises durant les 12 mois écoulés.

La satisfaction de la clientèle me paye

En pénétrant dans le restaurant de Fabrice Shen gérant de restaurant, le contraste saute aux yeux. L'année dernière, il y avait  quelques clients attablés dans le restaurant. Un an plus tard il affiche régulièrement un bon taux de remplissage et est devenu incontournable pour certains clients. Même ceux qui sont de passage en Guyane, comme Maly Richer :

"Chaque fois que je viens en mission ou en voyage Guyane, je ne suis pas guyanaise, j'emmène des amis déjeuner ou dîner ici. C'est excellent, on peut goûter tous les poissons de Guyane et c'est vraiment délicieux."

Signe de la bonne santé de l’établissement, deux personnes ont été embauchées en contrat à durée indéterminé. Elle travaillent à temps plein.
Mais si le chiffre d’affaires augmente, un problème demeure, le jeune restaurateur n’arrive toujours pas à se verser un salaire :

"Aujourd'hui je ne me verse pas de salaire, tout part pour les salariés, les charges et les impôts..; c'est un peu difficile mais la force c'est les clients qui apprécient et c'est la paye que je perçois aujourd'hui.
Mais qu’importe les difficultés rencontrées, le jeune chef d’entreprise reste ambitieux. Il a entrepris l’aménagement d’un nouvel espace, un bar dont l’ambiance sera assurément feutrée".


Premiers salaires après 4 ans d'activité

Changement de décors direction l’auto école du quartier. La gérante, elle aussi jeune a le sourire. Il faut dire que sa petite affaire lui donne satisfaction.
Preuve que l’entreprise a pris son envol et qu’elle a des clients, le cdd d’une enseignante de la conduite s’est transformé en cdi
Ils sont désormais trois salariés à vivre de leur métier, mais Nathalie Harrow, enseignante de la conduite également commence tout juste  à se verser un salaire après quatre ans d'activité :

"Il n'y a pas longtemps, à vrai dire ce mois-çi que je suis capable de me verser un salaire puisque j'avais ... j'ai des objectifs"

Des objectifs et toujours plus d’ambitions, un déménagement est envisagé  pour permettre à la petite auto école de continuer de se développer. 

 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live