Mission enfin réussie pour Soyouz !

spatial
Soyouz
La signature de Soyouz dans le ciel guyanais ©EB
Le lanceur Russe a mis en orbite ce lundi 24 avril « Sentinelle 1B », un satellite  d’observation de la terre de l’ESA, et le satellite scientifique « Microscope » du CNES. Un décollage à 18H02 depuis le CSG, après trois reports successifs, entre vendredi et dimanche.
Après trois reports successifs, les deux premiers pour des raisons météo, le 3ème pour une panne sur une centrale inertielle, le « pilotage automatique », le lanceur Russe « Soyouz » a rempli sa mission avec succès. Il a mis en orbite un satellite  d’observation de la terre de l’ESA « Sentinelle 1B », et un satellite scientifique du CNES « Microscope ». Le prochain lancement depuis le CSG est prévu le 24 mai avec à nouveau un Soyouz et deux satellites de la constellation « Galiléo ». Arianespace table toujours sur douze tirs cette année à partir de la Guyane, huit Ariane 5, deux Soyouz et deux Véga.


Le satellite "Sentinelle 1 B",  un intérêt pour la Guyane

Le satellite "Sentinelle 1 B" rejoint dans l’espace son frère jumeau, "Sentinelle 1 A", lancé également par Soyouz, en 2014 pour le compte de l’Union Européenne et de l’ESA, l’Agence Spatiale Européenne. Ces satellites enregistrent des images radar de la surface de la terre ou des océans même par temps nuageux ou couvert, ce qui est courant en milieu tropical ou équatorial. Parmi les applications possibles en Guyane, l’observation de la déforestation, de l’invasion des Algues sargasses sur nos côtes, de la pêche clandestine ou encore la lutte contre la pollution marine.
Le satellite "Sentinelle 1 B" a coûté 140 millions d’euros, plus le prix du lancement. Il est financé financé par l’Union Européenne et l’Agence spatiale européenne. "Sentinelle 1 A" et "Sentinelle 1 B" font partie d’un programme européen d’observation de la terre baptisé « Copernic ». Il est prévu encore une quinzaine de lancements d’ici 2020, pour un coût total de plus de 8 milliards d’euros.