Inondations sur le Maroni : une agricultrice d'Apatou perd la quasi totalité de sa récolte

environnement apatou
Les difficultés de Colette Abé, après les inondations sur le Maroni
Colette Abé, agricultrice à Apatou ©Guyane la 1ère

Depuis plusieurs semaines les habitants de la vallée du haut et bas Maroni sont les pieds dans l’eau. La forte crue a causé des dommages considérables auprès de nombreux kampoe et abattis traditionnels. À Apatou, une agricultrice a pratiquement perdu toute sa récolte.

Colette Abé, agricultrice, revient, enfin, dans son abattis situé à 15 min du bourg d’Apatou. Après 3 semaines, elle découvre avec stupeur l’ampleur des dégâts. L'exploitation est noyée ! Elle ne pouvait pas s’y rendre avant car il fallait y aller en pirogue.

« Je suis très surprise de ça, parce que cela fait plusieurs années que je travaille ici et je n'avais jamais vu autant d’eau .. donc j’étais un peu choquée quand j’ai vu tout ça... ».

Une crique qui a débordé sur le Maroni à Apatou inondant l'abattis voisin
©Guyane la 1ère

Les fortes pluies et le débordement de la crique à proximité de son abattis seraient la cause de cette submersion dévastatrice.

Des troncs d’arbres jonchent le sol alors qu’ils étaient placés sur la colline surplombant l’exploitation pour fertiliser les sols.

Chablis sur un abattis noyé à Apatou
Les arbres jonchent l'abattis ©Guyane la 1ère

Max, le neveu de Colette, est aussi surpris : « C’est à peine pour prendre un peu d’eau pour se laver quoi... tous les bois là ... c’est inondé... il y avait 2 mètres d’eau.. ».

2 mètres d’eau ont recouvert les parcelles de fruits et légumes que cultivait Colette.

80% de la récolte est perdu

Elle récolte ce qui a été épargné... : « Il y a 2m d’eau qui est passé dans l’abattis donc tout est tombé.. j’ai perdu beaucoup.. mes gingembres, mes patates douces, mes dachines, mes choux, mes riz... pour moi j’ai perdu 80% de mon abattis, de mon investissement...»

Un carbet d'abattis qui s'est retrouvé sous l'eau
La détresse de Colette Abé, agricultrice à Apatou ©Guyane la 1ère

Un investissement qui représente plusieurs mois de labeur, parti avec une saison des pluies qui a été dévastatrice : « Le carbet a été touché aussi.. on arrivant ici, on a vu tous nos affaires par terre.. toute la vaisselle, les barils, tout est parti avec l’eau. »

Replanter ailleurs et plus haut

Colette devra attendre la fin de la saison des pluies pour recommencer son activité : « On doit attendre pour replanter, mais pas au même endroit parce que sinon ça sera toujours pareil, donc ça sert à rien. L’autre côté c’est un peu plus haut donc je vais tout couper et je vais planter là...»

Colette, n’est pas un cas isolé, selon nos informations, plusieurs abattis traditionnels sur tout le long du Maroni seraient concernés par des inondations.

Le Maroni en crue, les rives d'Apatou inondées
Les rives du Maroni avec un niveau encore très haut à Apatou ©Guyane la 1ère