Asphyxiés, les opérateurs touristiques de l'ouest guyanais veulent reprendre leurs activités

tourisme saint-laurent-du-maroni
Réunion entre le président du CTG et les acteurs du tourisme à Saint-Laurent
Réunion entre le président du CTG et les acteurs du tourisme à Saint-Laurent ©Eric Léon
Conscients des difficultés, et des besoins engendrés par la situation sanitaire la Collectivité territoriale et le Comité du tourisme de la Guyane accompagnent les professionnels du tourisme. Une deuxième rencontre s'est tenue avec les opérateurs touristiques de Saint-Laurent-du-Maroni.
Ils ont une famille à nourrir et croulent sous les dettes. Loyers, charges patronales, salaires, impayés… Pris à la gorge, ils demandent à reprendre leurs activités au plus vite. Aujourd’hui ils ont exprimé leur ras le bol.
Depuis le mois de Mars, ils sont enlisés dans cette situation, avec pour seule aide un fonds de solidarité de 1500 euros par mois. Une somme, qui pour certains, ne rembourse même pas le loyer de leur établissement.
Gérard Machenaud restaurant chez Baptyou à Saint-Laurent :

On est dans une période de confinement qui est très longue qui va durer plus la moitié d'une année et on ne peut pas survivre à ça. Par contre on arrive à aider les grosses entreprises comme Air France... et l'avion il peut se remplir... suis dégoûté...


S'unir et parler d'une même voix

Pour la fédération des entrepreneurs cette réunion était nécessaire pour avancer, d’une seule et même voix entre professionnels du secteur de la restauration et du tourisme. Ils ont rassemblé les problématiques qu’ils rencontrent pour les faire remonter.
Arnaud Fulgence président de la FEOG fédération des entreprises de l’ouest guyanais :

On ne sait plus avec qui communiquer, qui solliciter. On a besoin aussi d'un éclaircissement concernant les aides qui sont aujourd'hui des prêts et qui pour les entrepreneurs devraient être des subventions... pourquoi les mesures sont prises ainsi et pourquoi on a deux poids, deux mesures...


Même si le pic de l’épidémie n’est pas encore passé dans l’ouest, des mesures spécifiques liées au contexte sont demandées pour la survie des professionnels du secteur.
 Carine Sinaï-Bossou, présidente de la CCI Guyane :

Les chefs d'entreprises souhaitent rouvrir même si c'est un minimum, le midi pour les restaurateurs, pour pouvoir subvenir à leurs besoins, à ceux de leurs familles et payer leurs factures...


Le constat est alarmant, pourtant il faudra avancer et préparer l’après crise.

Alex Madeleine, président du comité du tourisme de la Guyane :

Aujourd'hui, il faut parler d'une même voix auprès du préfet au regard de la situation de Saint-Laurent face à une pandémie progressive...


Les banques étaient invitées à cette réunion mais aucune d’entre elles n'est venue. A croire que les facilités de paiement ne sont pas à l’ordre du jour.
Pour l'ouverture ou pas en août des restaurants ou des gites, la question reste posée.
C’est en fin de semaine que le préfet devrait s’exprimer et revoir sa position pour le secteur de l’ouest de la Guyane.

 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live