Awala-Yalimapo : un arrêté préfectoral interdit l'accès à la plage en raison de la crise sanitaire une situation qui pénalise les pêcheurs

coronavirus ouest guyanais
La plage d'Awala-Yalimapo
©Eric Léon
L’accès à la plage d'Awala-Yalimapo est interdite, par arrêté préfectoral, depuis le confinement.
Une situation pesante pour les habitants de la commune mais surtout pour les pêcheurs.
La pêche plus qu’un mode de vie est un moyen de subsistance pour le village.
 
Une mer qui scintille au milieu d’un décor de carte postale. Un moment de quiétude qui donne envie de se prélasser au bord de l’eau. Mais cela est interdit !
Interdiction de la plage de Yalimapo
©Eric Léon
Et dans le village ce n’est pas du goût de tout le monde, les gens qui vienne faire bronzette.
 

Nous on est bien ici. Ce n'est pas nous qui amenons le virus, c'est eux de l'extérieur et c'est très embêtant... Malgré le confinement, le week-end, ils sont nombreux sur la plage...

Touristes sur la plage de Yalimapo
©Eric Léon


La nécessité de pêcher pour s'auto alimenter

Yves est pêcheur. Lui aussi, ne respecte pas l’arrêté et ne s’en cache pas. Il n’a pas le choix. Ici la pêche, c’est une tradition mais surtout un moyen de subsistance :

Cela nous pose vraiment un problème. C'est que il faut s'auto alimenter... On voudrait vraiment qu'il y ait un truc spécial pour nous pour notre existence de tous les jours. Un système aménagé avec des consignes autrement que dans les autres villes


Une situation qui bouleverse les habitudes des villageois dans leur quotidien comme le fait remarquer Daniel William, chef du village d'Awala-Yalimapo :

C'est plus grave pour nous. Nous ne pouvons pas aller pêcher, ni recevoir nos compatriotes du Surinam ni être reçus. Cela nous handicape. Ici Yalimapo c'est une zone touristique, les gens viennent et ne respectent pas l'interdiction...


Un non respect global du grand public

Une plage ou les visiteurs organisent des rassemblements le week end, sans aucun respect des gestes barrières.
La municipalité assiste impuissante au non-respect du confinement et de l’arrêté préfectoral interdisant l’accès à la plage.
Félix Tiouka adjoint au maire :

Notre souci c'est d'une part le non respect de l'interdiction d'aller à la plage et la mauvaise gestion du site qui nécessite une véritable information du grand public pour qu'il respecte les mesures barrières à cet endroit précis.

 
Plage de Yalimapo
©Eric Léon
L’arrêté préfectoral se terminera  à la fin du mois d’octobre, au même moment que l’état d’urgence.
Les villageois, retrouveront, alors, peut-être, leur quiétude…


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live