La cellule de crise en visite au Centre Hospitalier de l'Ouest Guyanais

coronavirus ouest guyanais
Les rives de Saint-Laurent du Maroni
Les rives de Saint-Laurent du Maroni ©Eric Léon

C’était une visite attendue par le personnel du CHOG (Centre Hospitalier de l’Ouest Guyanais).
Patrice Latron, le Directeur interministériel de Crise, le préfet de Guyane et la directrice générale de l’ARS ont rencontré ce mercredi le personnel de l’hôpital de Saint-Laurent. 
 
Une visite éclair d’une heure à l'hôpital pour la CIC venue de Cayenne. Une visite de la cellule de crise dans l’unité des malades Covid et dans le sous-sol de l'hôpital de Saint-Laurent du Maroni où l’équipe de la lingerie est fortement sollicitée.
 
Le Centre hospitalier de l' ouest Guyanais
Le Centre hospitalier de l' ouest Guyanais ©Eric Léon
 

La délégation venue de Cayenne a salué le travail du personnel du CHOG


Le personnel soignant du CHOG a de nouveau exprimé son inquiétude face à la situation sanitaire fragile dans l'ouest guyanais et rappelé le manque de gants à l’hôpital.
 
Le CHOG
©Eric Léon

Olivier Maignien, secrétaire de section CDTG-CFDT au CHOG, souligne malgré tout que le service réanimation Covid n’est pas saturé avec une capacité de 8 lits et 3 occupés actuellement.
 

"Il était important pour Mr Latron de voir le travail extraordinaire qui a été effectué ici par le personnel mais aussi pour entendre nos doléances. Une visite éclair, mais nous avons pu lui faire 2 demandes majeures pour l’hôpital : la reprise de la dette de l’établissement à hauteur de 110 millions dans le cadre des conclusions du SEGUR de la santé et la nécessité de la création d’une structure hospitalière à Maripa-Soula. Le bassin du haut Maroni regroupe plus de 35 000 personnes et il faut une égalité de soins sur ce territoire."

Les soignants du CHOG rencontrent la cellule de crise
Les soignants du CHOG rencontrent la cellule de crise ©Eric Léon

Patrice Latron, le Directeur interministériel de Crise a précisé à l'issue de sa visite au CHOG
 

"Je suis venu pour comprendre, pour aller à la rencontre des acteurs de cette crise. Ceux qui font le travail, avant tout, ce sont ceux qui sont sur le terrain : les médecins, les infirmiers, les soutiens logistiques. On a vu qu’il n’y avait pas de problème de capacité pour accueillir les patients, on peut actuellement accueillir tout le monde".

Patrice Latron, Directeur 
interministériel de Crise

Réunion du CIC Guyane à la sous préfecture de Saint-Laurent du-Maroni
Réunion du CIC Guyane à la sous préfecture de Saint-Laurent du-Maroni ©Eric Leon


La région de l’ouest de la Guyane est sous la surveillance des autorités sanitaires


Selon les observations, la vague du coronavirus se propage en Guyane d’Est en Ouest.
 
Albina, au Surinam sur les rives du Maroni
Albina, au Surinam sur les rives du Maroni ©Eric leon


La première vague constatée à l’Est de la Guyane s'est répandue vers l'ouest 


Désormais l’ouest guyanais et le Maroni  enregistrent à leur tour de nombreux cas ces dernières semaines.

La vague épidémique a remonté le littoral guyanais, de centres urbains en centres urbains : les villes de Cayenne, Matoury puis Kourou ont été touchées.

Le coronavirus s'est propagé depuis la frontière brésilienne où la région a été durement touchée par la Covid.
Avec les premiers cas dépistés à Saint-Georges de l’Oyapock et dans le village amérindien de Camopi, puis dans tout le bassin du fleuve.
 
Saint-Laurent : cellule interministérielle de crise.





































 

 



 

 
 
 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live