Journée mondiale des donneurs de sang... sauf en Guyane

santé guyane
Etablissement français du sang à Cayenne
©Guyane la 1ère

Le 14 juin, était la journée mondiale des donneurs de sang. Mais en Guyane, depuis 2005, un arrêté préfectoral interdit la collecte de sang en raison de la présence de la maladie de Chagas transmise par des parasites. L’Etablissement français du sang assure la gestion des produits sanguins.

Chaque jour, l’EFS, l’établissement français du sang distribue aux hôpitaux, cliniques et  maternités leurs besoins en produits sanguins.

Une gestion du stock qui a permis de faire face

Malgré l’interdiction de la collecte de sang sur notre territoire depuis 2005, en raison de la présence de la maladie de Chagas, selon l’EFS, localement, la gestion du stock n’a pas été impactée par la crise sanitaire affirme le Docteur Sylvie Gross - Epidémiologiste de l’Etablissement Français du Sang de Cayenne :

Nous n'avons pas vraiment eu de tension sur les stocks ici en Guyane. Il y a eu des retards d'avions ou des avions qui ont été décalés d'une journée, mais globalement notre stock a toujours été suffisant pour assurer l’approvisionnement des hôpitaux et les distributions de produits aux malades. On a toujours eu 14 jours de stock ce qui est bien...

Docteur Sylvie Gross - Epidémiologiste de l’Etablissement Français du Sang de Cayenne
Docteur Sylvie Gross - Epidémiologiste de l’Etablissement Français du Sang de Cayenne ©Guyane la 1ère

En raison de la présence de nombreux virus et maladies comme la Chagas en Guyane, un arrêté préfectoral a mis fin à la collecte de sang en avril 2005. Depuis 15 ans, les produits sanguins utilisés proviennent pour 70% de l’hexagone et pour 30% de la Guadeloupe :

On aimerait bien reprendre les collectes mais est -on capable de collecter dans un endroit où il y a du paludisme, la maladie de Chagas, des épidémies d'arbovirus, le zika, le chikungunya, la dengue, la fièvre jaune etc...et d'autres pathogènes? Il faut vraiment réévaluer tout cela finement...


La reprise de la collecte pourrait être une réalité d’ici quelques temps. C’est en tout cas le souhait de l’Etablissement français du sang qui a commandé une étude épidémiologique complète auprès de Santé publique France car chaque année, environ 8000 produits sanguins sont transfusés en Guyane, pour environ un peu plus de 2500 patients.